You are currently viewing Quittez le Jeu de comparaison: Se Lever et Se Soutenir Mutuellement en tant que Ministres de la Jeunesse

Quittez le Jeu de comparaison: Se Lever et Se Soutenir Mutuellement en tant que Ministres de la Jeunesse

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Jeunesse Catho

Je peux imaginer qu’il y a des sentiments mitigés dans n’importe quelle Réunion diocésaine de la Pastorale des Jeunes. Parfois, j’apprécie certaines parties de ces réunions, comme voir d’autres jeunes ministres d’autres paroisses, partager des histoires, des luttes et des rêves, et prier avec d’autres jeunes ministres alors que nous centrons notre ministère sur Jésus. Inévitablement, cependant, il y a toujours une question qui est toujours posée lors de ces réunions qui me fait grincer des dents à chaque fois que je l’entends: « Alors, combien d’enfants avez-vous inscrits à votre programme? »Sous la petite conversation de base derrière laquelle se cache cette question, c’est une question chargée. Dans le ministère, il semble y avoir une croyance commune et erronée selon laquelle plus vous avez d’adolescents dans votre programme, plus vous réussissez en tant que ministre de la jeunesse. Cette question commence alors à ouvrir la passerelle vers le jeu de comparaison.

Où que vous soyez sur le spectre des nombres, en particulier en ce qui concerne la personne qui le demande, arriver à un nombre supérieur ou inférieur à ce que vous pouvez vous forcer à commencer à vous comparer et même à vous interroger sur ce que vous faites actuellement dans le ministère. Avec un nombre inférieur, vous pouvez avoir des sentiments d’insuffisance, vous demandant ce que vous faites de mal. Avec un nombre plus élevé, vous pouvez avoir des sentiments de fierté (pas le bon genre), vous pensant être beaucoup mieux lotis qu’eux. En plus du jeu de chiffres qui se joue, cela ouvre également la discussion sur ce que vous, ou eux, avez qui se passe bien pour eux – être une salle de jeunesse incroyable, un budget illimité, un système de son et de lumière tueur, une équipe de base engagée et un pasteur qui vous permet de faire tout ce que vous voulez.

La question devient: partageons-nous ces informations sur nos programmes de pastorale des jeunes dans le but de nous donner une tape dans le dos, de montrer à quel point nous sommes grands et de mettre en lumière l’inadéquation des autres ministres des jeunes, ou partageons-nous ces informations pour comprendre notre mission commune que nous avons en tant que ministres des jeunes pour rapprocher les adolescents du Christ? Et si, au lieu de nous comparer aux autres avec l’intention de nous élever, nous partagions et soutenions humblement d’autres ministres de la jeunesse avec l’intention de permettre au Christ de transformer le cœur des jeunes ?

Il ne s’agit pas de nous!

Il y a une histoire dans l’Évangile de Luc dans laquelle un couple de disciples, Jacques et Jean, ont vu d’autres personnes faire le « travail » qu’elles faisaient mais ne faisaient pas nécessairement partie de leur « groupe » (Luc 9:49-50). Ils ont demandé à Jésus s’Il voulait qu’ils les arrêtent, mais Jésus, comme Il le faisait souvent, les a réprimandés, leur expliquant que leur travail était aussi le même qu’ils faisaient. Si souvent dans le ministère, nous pouvons tomber dans le piège de penser que « notre façon » de faire le ministère est la meilleure façon de faire le ministère. Bien sûr, nous pouvons parfois avoir du succès, étant donné que nous avons un bon nombre d’adolescents inscrits, que nous organisons des retraites qui changent la vie et que nous avons tous les gadgets technologiques dans notre arsenal d’équipements audiovisuels. Et, pour en revenir à ces réunions diocésaines, il serait très facile de se donner la tape dans le dos, en se mettant en évidence devant des ministres de la jeunesse moins « adéquats ». Cette mentalité nourrit l’ego, met l’accent sur nous-mêmes et prend le crédit pour essentiellement ce que le Saint-Esprit fait dans votre ministère. Comme nous le savons dans le ministère, lorsque nous nous concentrons sur l’ego, nous mettons l’accent sur nous-mêmes et nous retirons l’accent du Christ.

Jésus a modelé le ministère pour nous, et ce modèle était enraciné et guidé dans l’amour, pas dans l’ego. Jésus ne cherchait pas la gloire, la fortune, le succès ou le contrôle. Certains jours, il semblait que Jésus faisait tout correctement et faisait des miracles et nourrissait plus de 5000 personnes. Mais, d’autres jours, il semblait que cela ne fonctionnait pas, et les gens ont quitté son côté (Jean 6:66-67). En tant que ministres de la jeunesse, nous pouvons faire face aux mêmes sentiments. Nous pouvons mettre en œuvre une retraite incroyable où tout se passe bien et où les cœurs sont transformés, ou nous pourrions planifier un événement et faire apparaître deux adolescents. Et en partageant ces histoires, en partageant ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné, en partageant les efforts déployés et les nouvelles choses qui ont été faites, nous apprenons à grandir dans le ministère et à nous soutenir mutuellement dans le ministère.

Mendier, Emprunter, Voler

J’adore assister à des conventions ou à de grands événements dans le ministère. Ils alimentent ma créativité et me permettent de poser la question, et si nous pouvions faire quelque chose de similaire dans notre paroisse. En tant que jeune ministre de la jeunesse, j’avais un problème avec l’utilisation de tout ce qui n’était pas le mien. »Je voulais réfléchir aux idées et utiliser mes conceptions, mon programme d’études et mes vidéos. Peut-être que je désirais en quelque sorte le crédit de l’attention que je pensais recevoir.

Maintenant, je n’ai aucun problème à utiliser tout type de média, curriculum, idée, processus, constructeur de groupe, chanson, expérience, etc., de quelque chose que j’ai vu ou même vécu moi-même, si cela signifie rapprocher un adolescent du Christ. De plus, j’avais l’habitude d’être si protectrice sur mes matériaux que je ne voudrais rien partager avec personne dans le ministère. Mais, maintenant, je me trouve très ouvert à partager du matériel, des calendriers, des centres de retraite, des chansons, etc., si cela aidera quelqu’un dans leurs propres programmes de ministère. Alors, honnêtement, envoyez-moi un e-mail, et je vous donnerai tout ce que je peux!

En tant que ministres de la jeunesse, pourquoi ne voudrions-nous pas nous entraider dans le ministère? Nous oublions parfois que nous sommes dans la même équipe, combattant la même bataille, dans les mêmes tranchées chaque jour. Nous avons le choix de nous élever les uns les autres, de prier les uns pour les autres, de partager tout ce que nous pouvons les uns avec les autres, ou de continuer à nous comparer, à nous concentrer sur nous-mêmes, en travaillant à partir du silo de soi. La comparaison ne rapproche pas les adolescents du Christ; se soutenir mutuellement dans le ministère le fait. J’espère et je prie pour que vous choisissiez judicieusement.

Photo par Hannah Busing sur Unsplash