You are currently viewing RÉVOLTE DES MACCABÉES

RÉVOLTE DES MACCABÉES

JOUR 282:1 Maccabées 1; Sirach 1-3; Proverbes 21:29-31

DERNIER ARRÊT AVANT LE NOUVEAU TESTAMENT

Aujourd’hui, nous entrons dans la dernière période de l’Ancien Testament : “Révolte des Maccabées. »C’est environ 150 ans avant Jésus-Christ (et 30 jours pour nous dans la Bible en un an!) Je vais être honnête, j’ai hâte d’écouter Jeff Cavins et le P. Mike en parler demain dans leur introduction à cette période, car c’est une période qui n’était pas bien couverte dans nos cours d’Ancien Testament au Séminaire – et les Premier et Deuxième Maccabées peuvent devenir un peu déroutants. Étant la plus récente des Écritures hébraïques, il y a beaucoup de récits historiques et de noms historiques / politiques qui seront un peu plus familiers à nos compagnons pèlerins bibliques. Et certains thèmes similaires que nous avons rencontrés jusqu’à présent réapparaîtront, cette fois avec les ennemis du peuple de Dieu étant des empires grecs.

Pourquoi c’est important parce que cela aide vraiment à mettre en place un grand nombre de factions et de divisions internes et externes pour les Juifs à l’époque de Jésus. Beaucoup de réalités géopolitiques qui existaient à l’époque de Jésus ainsi que les attentes du peuple juif pour ce que le Messie accomplirait se trouvent dans ces chapitres.

Le Livre de Sirach fait partie du genre ”Littérature de sagesse » de l’Ancien Testament, ce livre écrit environ 200 ans avant Jésus-Christ. Écrit presque comme un père donnant des conseils à son fils, il ressemblera à des proverbes avec beaucoup de dictons courts abordant une grande variété de sujets allant de l’argent, des relations aux manières de table.

Comme le P. Mike l’a mentionné dans le podcast, ce sont probablement quelques-unes des Écritures les plus “étrangères”, même aux catholiques les plus lus, donc j’ai hâte de vivre ce que j’espère être une expérience intéressante pour nous tous.

JOUR 283:1 Maccabées 2; Sirach 4-6; Proverbes 22:1-4

« PERSONNE QUI MET SA CONFIANCE EN LUI NE MANQUERA DE FORCE”

Ces dernières années, le nombre de personnes découragées, qui ont perdu confiance en tout le monde et en tout semble augmenter. Nous le voyons dans les sondages, qu’ils évaluent des questions laïques ou religieuses. Pour ces derniers, la statistique la plus souvent citée est le nombre d’individus se catégorisant comme “aucun” – c’est-à-dire ne revendiquant aucune appartenance religieuse.

Nous n’avons pas besoin de passer par la litanie des raisons pour lesquelles c’est le cas. En fait, il est probablement inutile de le faire. Le mélange de colères justifiées couplé avec le diable qui exploite ces échecs est bien connu et décourage naturellement les gens juste pour revisiter.

Au lieu de cela, dans notre lecture de Maccabées aujourd’hui, nous entendons Mattathias à la fin de sa vie donner un discours de peps à ses descendants. Les voici au milieu d’une période (encore une fois) difficile et que fait-il? Il traverse une histoire non pas des revers, des échecs, à quel point ils avaient en tant que peuple tombé de leurs “jours de gloire. »Il raconte plutôt l’histoire fidèle du peuple élu – ceux qui ont honoré les commandements, ceux qui ont été zélés pour le Seigneur, ceux qui sont restés fermes. En revenant sur la fidélité de génération en génération, il réaffirme cette vérité centrale : Personne qui met sa confiance en Lui ne manquera de force. Mes enfants sont courageux et deviennent forts dans la loi car par elle vous gagnerez l’honneur.” (1 Maccabées 2:61, 64)

Choisir de désespérer, se décourager est en fait une chose assez facile à faire. Cela nous entraîne également dans ce cercle vicieux de désolation. Bien que choisir d’être fidèle, d’être obéissant, de se souvenir des promesses n’est pas facile, cela pompe les muscles spirituels pour produire ce qui est souvent en pénurie dans le monde: l’Espérance.

JOUR 284:1 Maccabées 3; Sirach 7-9; Proverbes 22:5-8

CONVICTION

Nous reprenons aujourd’hui avec Judas, le fils de Mattathias, qui prend les rênes et continue les batailles. Également connu sous le nom de “marteau”, il connaît des succès rapides contre la Samarie puis la Syrie. Il en résulte que ces ennemis doublent et triplent dans le but “d’anéantir et de détruire la force d’Israël et le reste de Jérusalem.”

Alors que Judas et son groupe de guerriers rag tag voient le Roi et ces forces se rassembler, empiétant sur leurs frontières, c’est un moment charnière pour céder à la peur ou pour qu’ils doublent, triplent dans la foi. Les paroles de Judas le montrent clairement“ « Réparons la destruction de notre peuple et luttons pour notre peuple et pour le sanctuaire. » Ils ne se concentrent pas sur les obstacles mais sur la vision que leur père leur a laissée. Compter sur Dieu – pas simplement en paroles, mais dans la prière et le jeûne alors qu’ils se préparent au combat.

C’est incroyable de les entendre dire: “il vaut mieux pour nous mourir au combat que de voir les malheurs de notre nation et du sanctuaire. » Dans leur cœur, ils croient qu’il vaut mieux être le peuple élu de Dieu que de finir esclave d’un simple mortel. Avec cela, même avant la bataille, ils sont en fait devenus victorieux.

JOUR 285:1 Maccabées 4; Sirach 10-12; Proverbes 22:9-12

LA GUERRE CONTRE HANOUKKA

Comme le calendrier se tourne vers octobre, et les présentoirs de Noël commencent déjà à apparaître dans les magasins (!!!) Il ne faudra pas longtemps avant que nous entendions parler de la commercialisation de notre fête et de la façon dont elle a diminué le sens réel de cette fête pour les chrétiens. D’une certaine manière, nos frères et sœurs aînés de l’alliance pourraient exprimer des préoccupations similaires au sujet de la célébration qui tombe souvent au mois de décembre: Hanoukka. Grâce à la chanson “Il est temps de célébrer Hanoukka” d’Adam Sandler, la plupart des gens connaissent les célébrités juives et la durée de cette célébration pendant “8 nuits folles ». »Mais ce serait probablement l’étendue de la connaissance de beaucoup de gens de la fête.

Aujourd’hui, nous rencontrons les origines de ce moment marquant pour le peuple Élu (bien que nous n’entendions pas parler du miracle de la lumière avant 2 Maccabées), ils sont d’abord victorieux en affrontant des ennemis. Même si les Juifs étaient en infériorité numérique, armés, ils sortent avec foi au combat, confiants dans celui “qui rachète et sauve Israël.“(Maccabées 4:12) Chaque fois qu’ils rencontrent une bataille, ils se souviennent de la bonté de Dieu ”Souviens-toi comment nos pères ont été sauvés à la mer Rouge “ (4:9) ”Béni sois-tu, Sauveur d’Israël, qui a écrasé l’attaque du puissant guerrier par la main de ton serviteur David  » (4:30). Ils rappellent la bonté de Dieu pour renouveler leur foi en un Dieu qui fait l’impossible.

Ce qui est l’un des beaux aspects de la purification et de la dédicace du temple. Ils ont traité l’ennemi de l’extérieur, maintenant ils voient ce qui est arrivé à leur lieu le plus sacré. Et cela les pousse au deuil et au jeûne. Mais remarquez ce qui se passe – ils ne se vautrent pas dans leur chagrin. Ils ne laissent pas l’énormité de la situation les submerger. Ils commencent par faire ce qu’ils savaient devoir faire: enlever tout ce qui était saint, comme ils commencent à nettoyer tout ce qui souillait le lieu. Même si tout cela avait le potentiel de submerger, de déprimer et de décourager, ils 1– se souvenaient de ce que Dieu avait fait ; 2 – faisaient ce qu’ils savaient qu’ils pouvaient faire et qu’ils devaient faire ; 3 – ce qui leur ouvrait les yeux, leur cœur pour voir, pour croire que Dieu était toujours avec eux, d’autant plus qu’ils parlaient de l’importance de rétablir le temple.

Puissions-nous nous souvenir de ces trois étapes de l’histoire de Hanoukka lorsque les choses semblent sombres, lorsque nous sommes submergés, lorsque nous commençons à désespérer. Promesses de Dieu, Son action ne se limite pas à 8 nuits folles 🙂

JOUR 286:1 Maccabées 5; Sirach 13-15; Proverbes 22:13-16

ANÉANTISSEMENT DES JUIFS

Combien de fois avons-nous lu des différents empires, royaumes, groupes religieux qui avaient pour but l’anéantissement du peuple juif? C’est une question horrible, n’est-ce pas? D’autant plus que nous reconnaissons la Shoah du siècle dernier aux mains du régime nazi – ce n’est pas quelque chose de l’histoire ancienne. Mais lorsque la lecture d’aujourd’hui des Maccabées est arrivée au verset 14 et a mis en évidence la menace actuelle à laquelle les Juifs étaient confrontés de la part des Gentils – pour le “crime” de reconstruire le Saint des Saints, de redécorer l’autel – provoquant les Gentils à vouloir “nous anéantir”, cette pensée est venue à l’esprit.

Les historiens, les politiciens peuvent argumenter et faire tourner leurs théories pour expliquer pourquoi cela continue de se produire. Par exemple, certains théorisent que l’Égypte (avant la mer Rouge) avait besoin de ce type d’unité nationale autour de leurs croyances – ou qu’Hitler devait trouver un groupe minoritaire responsable des difficultés économiques. Il y a des aspects de l’exactitude factuelle liés à ces théories.

Mais malheureusement, une vérité gênante ici au jour 286 …. Nous devons reconnaître quelque chose d’assez sévère: ces forces, ces individus à leur base – n’aiment pas seulement le peuple juif ou ne sont pas d’accord avec leurs pratiques et croyances religieuses – ils détestent Dieu.

Il est difficile de comprendre cela. Nous sommes tellement conditionnés à être sollicités même aux forces « ennemies » – pourquoi les gens agissent-ils de cette façon? Nous voulons trouver une raison non maléfique – une psychose ou un problème de santé mentale pour l’expliquer. Mais – sans négliger ces graves difficultés qui affligent de nombreuses personnes – nous ne pouvons ignorer la réalité du mal qui se passe à la fois dans les Écritures et à notre époque actuelle. Et que Dieu appelle constamment Son peuple à la « guerre spirituelle.”

Pour la plupart d’entre nous, s’il te plaît, Dieu, nous n’aurons pas à faire face à une bataille physique comme nos ancêtres l’ont fait en affrontant l’ennemi, le mal en leur temps. Mais nous devons être tout aussi vigilants en utilisant les armes de la prière, du jeûne et de l’aumône pour affronter notre ennemi, dont le but reste le même – essayer d’anéantir Dieu – et son peuple.

JOUR 287:1 Maccabées 6; Sirach 16-18; Proverbes 22:17-21

LA MORT D’ANTIOCHOS

Pour tous ceux qui ont trouvé certaines parties de la Bible en une année un peu sèches (ce qui était parfois le cas), ce n’est certainement pas le cas aujourd’hui.Nul doute que pour beaucoup, votre attention sera saisie par une mort assez graphique d’un éléphant au milieu d’une bataille. (Fr. Mike avait mentionné qu’il y avait une discussion sur un traitement cinématographique des Maccabées par Mel Gibson… comme s’il n’avait pas eu de controverse auparavant, on pourrait imaginer que cela pourrait devenir quelque chose de problématique aussi, mais je m’éloigne…)

L’un des points importants de ce chapitre est la mort d’Antiochos. Il ne meurt pas héroïquement au combat pour que son peuple puisse être fier de son « combat jusqu’au bout. » Il ne meurt pas non plus des suites de blessures ou de maladies causées par des actes de bravoure similaires. Il est submergé de chagrin parce qu’il voit comment ses “dieux” ont été renversés – les puissants Zeus et Baal – dont les temples avaient été abattus – et que les Juifs étaient devenus forts, qu’ils avaient reconstruit et refait leur temple (bien que certains historiens soutiennent que cela s’était produit avant la nouvelle dédicace du temple). Cela le brise complètement et il commence à “se souvenir des maux que j’ai faits à Jérusalem…” (Maccabées 6:12) Sa réalisation de lit de mort est que le Seigneur Dieu, est Dieu seul. On entend presque un sentiment de contrition de sa part. Ce qui est étonnant en soi. D’une source improbable, vous entendez ce roi païen reconnaître pourquoi en fait “le peuple élu » est ainsi nommé. Contrairement au Pharaon d’autrefois qui, 10 fléaux plus tard, est resté obstiné dans sa colère et sa rage menant ses troupes et ses armées dans une mission suicide dans la mer Rouge – Antiochos l’obtient.

Le mal prend de nombreuses formes et comme nous l’avons discuté, l’anéantissement des Juifs est une voie qui s’est manifestée au cours des millénaires. Pour un changement, il convient de noter quand une personne qui a eu un tel mal dans son cœur a une confession sur le lit de la mort. Peut–être vivifiera-t-il l’espoir pour ceux qui sont encore aux prises avec un mal similaire qu’ils auront eux aussi un réveil, une conversion, un repentir – de préférence avant que leur méchanceté ne se déchaîne sur les innocents.

JOUR 288:1 Maccabées 7; Sirach 19-21 Proverbes 22:22-25

« REPOSEZ-VOUS QUELQUES JOURS.”

Le chapitre 7 se termine par ces mots : Juda s’est reposé pendant quelques jours. Si je faisais la lecture, je pourrais faire une pause entre « repos“ et ”pour » pour augmenter la tension dramatique. Parce qu’après avoir entendu parler d’une autre menace, d’un autre ennemi qui prépare un assaut apparemment impossible à vaincre, que se passe-t-il? Les gens entrent dans le temple. Ils portent leur cœur et leur âme devant Dieu en demandant la délivrance. Ce qu’Il fait they ils réussissent, ils célèbrent, et pour qu’ils puissent enfin se reposer. . .pour quelques jours. C’est frustrant de lire que les Juifs ne sont jamais complètement libérés de ces menaces, n’est-ce pas? Les moments de paix sont apparemment toujours « peu nombreux.”

Cela m’a frappé de réfléchir à cette réalité qui est vraie pour nous dans nos vies spirituelles. Combien d’entre nous commencent la saison du Carême le mercredi des Cendres avec de nobles aspirations – “Je vais abandonner le café pour toute la saison du Carême” (J’ai fait cette année qui a été un désastre aux proportions épiques. Oh, je me suis abstenu de boire du café mais je me suis plaint chaque jour que tout avantage que j’espérais était définitivement miné!) « Je vais aller à la messe tous les jours” et le mercredi de la première semaine, nous manquons et nous pensons “J’ai merdé maintenant, je suppose que je vais devoir réessayer le prochain Carême. »Ou en dehors du Carême, même ici dans notre communauté biblique d’un An – combien de personnes ont laissé la réalité s’arrêter il y a quelques jours, il y a quelques semaines, il y a quelques mois pour les convaincre “J’ai foiré, je vais devoir recommencer.”

Dans une plus grande mesure encore, que diriez-vous lorsque nous avons affronté quelque chose de pécheur dans nos vies? Nous avons enfin le courage d’aller à la confession. En toute sincérité et authenticité, nous ne voulons plus y penser – seulement pour nous laisser tenter par des pensées, des sentiments, des actions (ou des inactions)

Nous pouvons nous bercer dans un faux sentiment de sécurité lorsque des jours, des semaines, des mois ou des saisons passent et que les choses progressent pour penser que nous avons surmonté les menaces, que l’ennemi est vaincu et que quelqu’un d’autre est vaincu. Le diable est constamment à la recherche d’une légère fissure dans notre volonté de nous décourager, de désespérer, d’abandonner.

Les Juifs tout au long de leur histoire nous enseignent qu’il est important de se souvenir des victoires. Pour célébrer ce que Dieu a fait pour cela. Pour profiter de ces moments de paix. Mais ces moments sont destinés à quelques jours we nous ne devons jamais devenir complaisants ou paresseux we nous devons toujours rester vigilants.

JOUR 289:1 Maccabées 8; Sirach 22-23; Proverbes 22:26-29

ALLIANCE AVEC ROME

Comme le Père Mike l’avait mentionné dans l’un des podcasts de cette semaine, l’une des raisons pour lesquelles les Livres des Maccabées sont importants pour nous (en dehors de l’évidence, c’est la Parole de Dieu) est le contexte historique qu’il fournit. Cette période, environ un siècle avant la venue du Christ, est cruciale à bien des égards. Pour certains dans notre Bible en un an de pèlerinage ici, certaines de ces informations pourraient être « nouvelles » pour vous et changeront à jamais votre perspective lors de la lecture du Nouveau Testament.

Dans la lecture d’aujourd’hui du chapitre 8, nous entendons les débuts d’une alliance avec Rome. Judas a été impressionné par Rome pour une raison spécifique: ils étaient une république et n’étaient pas gouvernés par un roi. C’est l’une des premières fois dans l’histoire (en particulier dans le monde antique) qu’il y avait un organe législatif qui représentait le peuple. Cette notion selon laquelle les gens sont libres de se gouverner eux-mêmes sans roi avait en fait été proposée plus tôt par quelqu’un d’autre: DIEU! C’est ainsi qu’Israël était censé avoir été organisé en reconnaissant que leur seul “Roi” était le Seigneur Dieu.

Il est évident de réfléchir à la façon dont cet empire a été mis en place, pourquoi Judas serait amoureux de cet empire. Il y aura des éléments de cette alliance qui seront bénéfiques et préjudiciables à long terme pour le peuple juif, comme c’est toujours le cas lorsque nous concluons des accords avec de simples mortels (et païens) plutôt qu’avec Dieu seul.

JOUR 290:1 Maccabées 9; Sirach 24-25; Proverbes 23:1-4

UN JUDAS QUE NOUS SOMMES TRISTES DE PERDRE

Aujourd’hui, nous lisons la mort de Judas qui a vraiment été un guerrier militaire et à bien des égards un héros pour le peuple juif. Même si beaucoup de ses compagnons avaient déserté à la vue de la vaste armée qui s’apprêtait à les attaquer, les laissant faire face à des difficultés encore plus insurmontables, Judas reste inébranlable. Il soutient“ « Si notre temps est venu, mourons courageusement pour nos frères, et ne laissons aucune raison de remettre en cause notre honneur. » (1 Maccabées 9:10)

Naturellement, toute discussion sur la guerre est problématique. Nous savons que des choses comme la violence, la destruction, la mort – n’étaient pas destinées à faire partie de la création de Dieu. Mais cet épisode met la réalité et quelques questions importantes sur la vie au premier plan:

Pour quoi sommes-nous prêts à poser notre vie physique? Chaque fois que je lis l’histoire d’un Saint martyrisé, je suis toujours inspiré et mis au défi de savoir si je pourrais donner ma vie pour le Christ et Son Église, et en toute honnêteté, je ne suis pas sûr d’en être capable. Je sais à bien des égards que j’ai déjà donné ma vie pour Lui – je sais à quel point cela a été imparfait. Je sais que je veux dire que je le ferais, avec plaisir. Mais je suis bien conscient de mes faiblesses. Donc, pour moi, c’est un défi de prier pour un amour plus profond, une conviction et un courage deeper C’est une invitation à continuer à accepter les “petites morts” qui surviennent au jour le jour en suivant le Christ plutôt que de les combattre. C’est là que prendre joyeusement certains actes de déni, de sacrifice, de jeûne est un enseignant efficace.

Et deuxièmement, on nous demande à quel point croyons-nous ce que nous disons que nous croyons? Pour Judas, ce n’est pas seulement son amour pour Dieu et le peuple de Dieu qui guide cette décision. Ce qui anime Judas, c’est sa relation avec le Seigneur Dieu et sa conviction que sa vie physique n’était pas la fin de son histoire. Il ne croise pas les doigts et espère le meilleur likely Plus que probablement, comme nous l’avons vu précédemment, il se souvient de l’histoire de la bonté de Dieu, des exemples où Il est montré et montré de manière dramatique. Judas met sa foi dans le Dieu qui a séparé la mer Rouge, qui avait combattu tant de batailles avant son temps et en son temps, confiant qu’Il le ferait à nouveau.

JOUR 291: 1 Maccabées 10; Sirach 26-27; Proverbes 23:5-8

ENNUYER

Je suis heureux que le Père. Mike a souligné l’un des défis de 1 Maccabées hier dans son podcast – que nous obtenons un récit historique assez simple des choses sans grand-chose en termes de signification théologique ici. Nous avons affaire à Jonathan – qui est traité comme un roi (même si nous savons qu’il n’est pas vraiment le roi d’Israël) par un ami et un ennemi we nous entendons parler d’alliances et de batailles en cours today Même d’un mariage aujourd’hui (entrez Cléopâtre dans le récit!) En bref, cela ressemble tout simplement à un autre épisode de “days of our lives” – édition Maccabée.

Alors que nous continuons à naviguer dans ces sections “plus sèches”, le livre de Sirach fournit un arrière-plan de paroles importantes de sagesse sur la façon dont on doit vivre. Dans mon propre ennui au chapitre 10 des Maccabées, cette ligne de Sirach a sauté:

« Si un homme n’est pas ferme et zélé dans la crainte du Seigneur, sa maison sera rapidement renversée. » (Sirach 27:3)

Comme il est facile que la vie quotidienne continue simplement – quand les choses peuvent sembler un peu ennuyeuses ou monotones – pour nous, sans même nous en rendre compte, de commencer à devenir “tièdes” dans notre vie de foi? Peut–être courir à travers les mouvements et respecter les “obligations” – mais couper les coins ronds, et pas aussi ferme et loin d’être zélé.

L’une des bénédictions des temps les plus mondains est l’occasion pour nous d’approfondir notre foi sans les extrêmes des joies que nous célébrons, ni les peines qui nous mettent à genoux alors que nous mendions dans la prière d’intercession. Puissions-nous prendre ce jour pour trouver un moyen d’être nous-mêmes fermes et zélés dans notre crainte du Seigneur.

JOUR 292:1 Maccabées 11; Sirach 28-29; Proverbes 23:9-12

PARDON

Pour beaucoup de chrétiens, la notion même de pardon semble être une virture chrétienne. Quand il apparaît dans l’Ancien Testament, nous pouvons assez rapidement nous souvenir des nombreuses fois où il est associé au pardon de Dieu envers l’humanité. Mais la pensée du pardon parmi les êtres humains elle-même est difficile à évoquer. C’est pourquoi la lecture d’aujourd’hui de Sirach mérite vraiment une pause et une réflexion:

« Pardonne à ton prochain le mal qu’il a fait, et alors tes péchés seront pardonnés quand tu prieras. Un homme nourrit-il de la colère contre un autre et cherche-t-il encore la guérison du Seigneur ? (Sirach 28:2-3) Juste en lisant cette ligne, mon esprit s’est dirigé vers Jésus en disant“ « la mesure que vous donnez sera la mesure que vous obtenez » (Matthieu 7:2) ou “pardonne et tu seras pardonné » (Marc 11:24)

Pour être clair, le concept de pardon, quelque chose que nous sommes reconnaissants de recevoir et que nous luttons pour offrir, est quelque chose qui traverse l’intégralité de l’Écriture – Ancien et Nouveau Testament. Mais comme nous l’avons déjà discuté, dans l’Ancien Testament, nous avons affaire à beaucoup de choses que l’humanité fait qui ne sont pas le désir de Dieu ou Sa volonté qui se démarquent naturellement.

Dieu ne nous ordonne pas de pardonner d’une manière ou d’une autre, nous forçant à serrer les dents et à gronder les paroles pour que nous recevions Son pardon. Il nous appelle à affronter les colères qui résident, les colères parfois légitimes et justifiables He Il nous appelle à Lui apporter ces blessures, ces douleurs, ces sentiments complexes to à les placer entre Ses mains, à placer nos ennemis entre Ses mains – à même de dire “Je ne peux pas faire ça” quand la proposition de pardon me vient à l’esprit – mais à les mettre entre ses mains, qui le peut. C’est alors que la guérison que nous recherchons du Seigneur se manifeste dans nos vies.

JOUR 293:1 Maccabées 12; Sirach 30-31; Proverbes 23:13-16

LA POLITIQUE A TOUJOURS ÉTÉ SALE

La trahison, le double croisement, les configurations – malheureusement, ce n’est pas seulement quelque chose que nous pouvons signaler sur nos téléviseurs et nos fils d’actualités aujourd’hui, mais nous voyons beaucoup en jeu dans la lecture d’aujourd’hui des premiers Maccabées. Jonathan avait utilisé son leadership de manière stratégique pour essayer de positionner la nation juive dans de bonnes relations avec Rome et Sparte. Quand un homme du nom de Trypho déides veut devenir le souverain de Sparte et voit Jonathan comme un obstacle potentiel, il utilise la tromperie pour endormir Jonathan dans un sentiment de fausse sécurité, puis le piéger ainsi que ses forces restantes dans la mort et la destruction.

C’est l’un de ces moments où ce livre de Maccabées est frustrant. Jonathan est-il responsable d’avoir tenté de négocier une trêve politique et de placer la nation juive dans un certain sentiment de sécurité avec des peuples très païens? Il n’y a pas de prophète autour pour dire des mots de correction ou d’orientation dans cette situation. En pensant à quelques siècles d’avance, dans cet épisode en essayant d’entraîner Jésus dans un débat politique entre les Juifs et les Romains sur le paiement des impôts, Jésus le contourne avec “dont le visage est sur cette pièce give donne à César ce qui est Césaire et donne à Dieu ce qui est à Dieu”. Certains voient cela comme Jésus méprisant la question ou l’un des premiers exemples de “séparation de l’Église et de l’État” – qui sont tous deux incorrects. Ce que Jésus a fait remarquer aux individus qui posaient la question – le fait qu’ils “possédaient” une pièce avec l’image de César dessus, avaient permis à Rome de les posséder, de les revendiquer – ils avaient donc un devoir, une responsabilité à cet égard. Il est malhonnête pour eux de participer à l’économie romaine et de vouloir ensuite que Dieu corrige ce qu’ils décident d’être une injustice.

Pour ne pas dire que Jonathan “a eu ce qu’il méritait” ici pour avoir essayé d’être un leader politique efficace – mais c’est un rappel du défi d’être “dans le monde” mais de ne pas être corrompu par celui-ci, ou de devenir “du monde. »Nous voyons cette bataille à notre époque avec des politiciens qui veulent diffuser leur foi, mais légiférer ensuite d’une manière qui ne correspond pas à ces déclarations. Alors que chacun d’entre nous est bien conscient de la guerre spirituelle à laquelle nous sommes tous confrontés dans nos propres vies, pour ceux qui vivent dans ces “deux mondes”, c’est particulièrement dangereux pour eux à de nombreux niveaux, le plus important spirituellement. Alors que nous réfléchissons à la disparition de Jonathan, puissions-nous prendre un moment pour prier sincèrement pour que tous nos dirigeants politiques ouvrent véritablement leur cœur et leur esprit pour entendre et recevoir la sagesse de Dieu, en particulier dans l’accomplissement de leurs devoirs et responsabilités.

JOUR 294:1 Maccabées 13; Sirach 32-33; Proverbes 23:17-21

DIRECTION SPIRITUELLE

Certains d’entre vous ont peut-être entendu le terme “Direction spirituelle” dans certains commentaires de nos publications ici ou dans certains podcasts au cours des 294 derniers jours. En bref, c’est un peu comme du mentorat ou du coaching de quelqu’un dans sa vie de prière. Où le « directee » partagerait ce qui se passait en termes de vie quotidienne et comment il discernait les mouvements de Dieu en elle. Il y a des décennies, la direction spirituelle était quelque chose à laquelle seuls les prêtres et les membres des congrégations religieuses participaient régulièrement. Mais ces dernières années, un plus grand nombre de laïcs se sont engagés dans cette pratique, et il y a même eu une croissance du nombre de laïcs qui ont suivi des cours pour devenir également “certifiés” en tant que Directeurs spirituels.

Cela m’a frappé en lisant Sirach aujourd’hui que, à bien des égards, l’une des raisons pour lesquelles ce livre est un tel trésor est qu’il se lit comme un bon directeur spirituel, ce qui incite à réfléchir. D’après mon expérience, un bon directeur spirituel ne révèle pas nécessairement quelque chose de nouveau, mais aide à souligner les choses qui sont connues, à souligner les choses qui se passent et à essayer de jeter une nouvelle lumière sur elles en réponse à certaines circonstances ou expériences. N’est-ce pas ce que nous vivons en passant par Sirach? « Aucun mal n’arrivera à l’homme qui craint le Seigneur, mais dans l’épreuve, il le délivrera encore et encore” (Sirach 33:1). Ce n’est pas une nouvelle révélation – pas par une longue période. Mais dans ma situation actuelle – étant un peu enfermé après la chirurgie et un peu impatient et frustré que ma ”routine ordinaire » ait été perturbée, c’était un rappel bienvenu de me rattraper lorsque des pensées décourageantes commencent à entrer.

Aujourd’hui, je vous encourage simplement en écoutant ou en lisant ces Écritures à écouter quelque chose que le Seigneur essaie peut-être de mettre en évidence dans votre cœur ou votre esprit knowing sachant que le Saint-Esprit qui nous connaît le plus intimement est le meilleur Directeur Spirituel que nous pourrions avoir. Comment vous parle-t-Il aujourd’hui ?

JOUR 295:1 Maccabées 14; Sirach 34-35; Proverbes 23:22-25

PAIX SUR TERRE

Souvent, lors de la préparation de ces réflexions, j’ai lu différentes traductions des Écritures. Il est utile pour quelqu’un avec un A.D.D. de lire et d’entendre la même chose avec quelques variations à reprendre sur différentes nuances et thèmes. Une pensée naviguant à travers ce chapitre des Maccabées aujourd’hui était cette image idyllique de la vie en Juda à ce stade du règne de Simon. L’idée que la nation soit en paix a été subtilement décrite dans une traduction contemporaine qui décrivait les choses “les gens pouvaient s’assoupir sous leurs raisins ou leurs figues sans craindre pour leur vie. Les soldats sont devenus agriculteurs; les rois arrivistes sont devenus de mauvaises blagues… » (Traduction du message 1 Macc 14:4-15)

En lisant cela, je dois avouer que cela me rappelait mon enfance. Être né en 1973 – Le Vietnam était quelque chose que j’ai appris plus tard. “La guerre froide » avec l’URSS s’est déroulée sans aucune perturbation du monde réel ni conséquence sur ma vie quotidienne – c’était une chose unificatrice pour notre nation (avec même des films comme Rocky IV pour rallier les gens à la cause). L’Église aussi semblait invincible. Après avoir été traumatisé par la tentative d’assassinat du pape Jean–Paul II, le voir se rétablir et devenir encore plus fort et un peu plus grand que nature – tout a contribué à mon innocence ou à ma naïveté sur l’état des choses d’être “en paix.”

La réalité est que pour beaucoup d’entre nous, notre vision de la paix est l’absence de conflit. Ce qui, si nous avons la chance d’en faire l’expérience, est au mieux éphémère. Le Peuple de Dieu – d’alors et d’aujourd’hui – ne devrait pas désirer et travailler pour cela comme un objectif – pour le dialogue, pour la résolution, pour la réconciliation afin d’éviter que les choses ne dégénèrent, que ce soit au sein d’une famille ou avec chaque plus grand cercle de connexion auquel nous appartenons. Mais la réalité est que « la paix sur terre » est quelque chose qui ne vient que de la communion avec Dieu. Simon, en 1 Maccabées, le plus grand accomplissement? « Il fortifia tous les humbles de son peuple; il rechercha la loi et élimina tout homme impie et méchant. Il a rendu le sanctuaire glorieux, et a ajouté aux ustensiles du sanctuaire. »(1 Maccabées 14:14-15) La grandeur de cette période n’était pas l’absence de conflit, les réalisations diplomatiques avec Rome et Sparte ou les honneurs que Simon recevait du peuple ou des dignitaires étrangers. Il a été trouvé en honorant la loi de Dieu. Il a été trouvé en rétablissant le culte approprié à Dieu.

C’est un bon rappel que lorsque nous faisons de même, même au milieu d’épreuves et de tribulations, nous continuons à expérimenter la “paix sur terre” – en restant enracinés et connectés sur ce qui est plus grand que quiconque ou tout ce que nous pourrions trouver sur terre.

JOUR 296:1 Maccabées 15; Sirach 36-37; Proverbes 23:26-28

QUAND DIEU APPARAÎT

Est-ce difficile de traiter avec des athées? Ou plutôt pas ceux qui ne croient pas en Lui, mais détestent Dieu ? Plus qu’un argument politique “droite contre gauche”, il y a quelque chose de beaucoup plus profond avec ce type de “débats” qui peut être assez difficile à naviguer pour de nombreux croyants. Avoir des discussions avec quelqu’un de juif peut être intéressant, ou le dialogue avec d’autres groupes chrétiens peut devenir assez animé. À la fin de toutes les conversations, peu importe à quel point les désaccords exprimés auraient pu être dramatiques, j’ai souvent constaté qu’il y a généralement un sentiment de crainte et d’émerveillement que nous essayons toujours de comprendre et de partager notre compréhension de qui est Dieu avec un autre croyant qui a une perspective différente.

Mais quand il s’agit de ceux qui rejettent le Seigneur Dieu, nous rencontrons souvent des individus dont la vision du monde et la vision de “l’après-vie” ne diffèrent pas seulement en quelques degrés, c’est en opposition. Et parce que ce n’est pas seulement une opposition à une idéologie, mais à une personne (enfin un Dieu, trois personnes pour être précis 🙂) cela peut devenir encore plus chaud. Je peux partager d’expérience personnelle qu’il y a eu des moments où j’ai laissé ma bouche bouger plus vite que ma tête ou mon cœur ne l’aurait souhaité avec le recul.

Les conseils de Sirach au chapitre 36 sont ceux que nous devrions avoir prêts la prochaine fois que nous rencontrerons ce genre de situations. En fait, ce n’est pas un conseil, mais une prière. Encore une fois, nous devons garder à l’esprit l’intégralité de la prière, car Sirach, lui aussi, s’échauffe un peu quand il commence à prier pour que les adversaires soient anéantis. C’est la vision de Sirach de la façon dont Dieu se révélera à ceux qui ne croient pas.

Mais pour moi, la clé est le verset 5: « et qu’ils te connaissent, comme nous avons su qu’il n’y a d’autre Dieu que toi, Seigneur. »Sirach n’aurait pas pu imaginer que Dieu répondra à cette prière d’une manière étonnante avec Jésus. Loin d’anéantir “les ennemis”, Il remplit la mission et le but du Peuple élu de vraiment faire connaître Dieu aux extrémités de la terre. C’est l’une des raisons pour lesquelles, dans les Évangiles, nous trouvons tant de Juifs qui passent de l’émerveillement et de la crainte de ce que fait Jésus à la minute suivante en Le voyant comme un hérétique. Dieu est un Dieu de merveilles et de surprises qui, en regardant l’immensité de Sa création, est attristé par ceux qui ne Le connaissent pas ou ne Le reconnaissent pas, mais ne cesse d’essayer de briser leur entêtement, leur aveuglement, leur arrogance ou leur ignorance. Alors que je regarde la vue depuis ma fenêtre alors que le soleil se couche un après-midi d’automne, je suis tout simplement émerveillé par la beauté de Sa création et surpris par la façon dont elle me frappe de temps en temps lorsque Dieu se présente et se montre, juste devant moi.

Puissions-nous permettre que notre défense dans la protection de Dieu se transforme en ce type de prière pour les “ennemis” de Dieu – pour qu’ils Le connaissent, alors que nous continuons à Le connaître et à L’aimer.

JOUR 297:1 Maccabées 16; Sirach 38-39; Proverbes 23:29-35

CE QUE NOUS TRANSMETTONS

L’une des célébrations les plus mémorables de la veille de Noël a été lorsque j’étais en 6e année. Jusque-là, mes 10 premières années de vie étaient définies en allant chez grand-mère pour le dîner de 7 poissons (et au moins un plat de macaronis, généralement des cavatelli et du brocoli). Un samedi matin au petit déjeuner à cette période de l’année, je me souviens que ma mère nous expliquait que cette année, elle organiserait et préparerait le dîner du réveillon de Noël. Je me souviens d’avoir été confus – La veille de Noël était toujours chez Grand-mère… Ma première pensée était grand-mère à bord avec ça?

Je n’avais pas vraiment réalisé qu’après que grand-mère eut souffert de quelques problèmes de santé, à quel point cela l’avait un peu ralentie. Je ne comprenais pas non plus combien de temps, d’énergie et d’efforts il est nécessaire de cuisiner et d’organiser une telle fête (ce que je n’ai pleinement réalisé que ces dernières années en faisant de même pour ma famille). Grand-mère était non seulement agréable à cela, mais était sincèrement heureuse de Noël – de voir comment sa fille avait pris à cœur non seulement la façon de cuisiner comme elle le faisait et d’organiser un dîner de vacances – mais l’importance de la famille, la beauté du service.

Ce souvenir m’est venu à l’esprit en lisant ce dernier chapitre de 1 Maccabées. Au départ, il était triste de penser que pendant des générations Simon et ses frères – et vraiment toutes les générations depuis “la Chute » dans la Genèse ont été impliquées dans un certain sens de la guerre, passant maintenant le relais à une autre génération. Mais nous devons aller sous la surface. Simon a transmis quelque chose qui valait la peine de se battre – pour la liberté qui leur avait été donnée par le Seigneur Dieu – pour leur identité en tant que Son peuple élu – pour leur capacité à suivre Sa loi et à L’adorer seul. Ce serait merveilleux si ces choses n’étaient pas menacées par différents peuples et forces dans le monde. Mais la réalité est que l’importance de ces choses avait pris racine comme quelque chose, en fait la seule chose pour laquelle il valait la peine de se battre.

Alors que nous continuons à parcourir ensemble ce voyage biblique, que ces vérités s’approfondissent pour nous et, tout aussi important, que cette foi et le courage nécessaire pour la protéger et la défendre soient également quelque chose que nous transmettons.

JOUR 298:2 Maccabées 1; Sirach 40-41; Proverbes 24:1-7

SON DÉBUT RESSEMBLE BEAUCOUP À HANOUKKA

Comme le père Mike l’a souligné dans son podcast alors que nous nous préparions à terminer la lecture de 1 Maccabées et maintenant aujourd’hui, alors que nous commençons 2 Maccabées – ce n’est pas une suite à la première partie. D’une certaine manière, nous revenons sur le livre précédent, mais d’un auteur différent avec sa perspective et ses idées différentes. Bien qu’il y ait des noms qui seront récurrents, l’une des principales différences que nous entendrons et lirons plus explicitement est la présence et l’action miraculeuse du Seigneur Dieu parmi Son peuple. Alors que 1 Maccabées était plus un récit historique, celui-ci sonnera plus scripturaire avec l’auteur soulignant certaines choses et établissant des liens pour ses lecteurs.

À bien des égards, cela se révélera être une conclusion appropriée à l’Ancien Testament. Nous entendrons parler des inévitables “guerres” qui se déroulent entre les puissances du monde et celles qui restent fidèles au Seigneur Dieu et à Son alliance. Nous entendrons parler de héros, de méchants, de martyrs. Et nous préparerons le terrain pour que la prière de Néhémie dans la lecture d’aujourd’hui soit exaucée d’une manière inimaginable à ces Juifs du 2ème siècle avant JC.

Comme le chapitre décrit la célébration de Hanoukka, nous verrons l’importance de la purification et de la restauration du temple l’a rendu de nouveau important. Nous devons nous rappeler qu’avant l’exil, le temple était considéré comme l’endroit le plus saint de la terre et l’endroit où les Juifs pouvaient offrir leurs sacrifices au Seigneur. Oui, le temple a été consacré une fois de plus, et c’est la cause de cette célébration annuelle de Hanoukka. Mais quand nous entendons la prière, il est évident que cela n’a pas résolu toutes les questions pour le peuple élu: “Rassemblez notre peuple dispersé, libérez ceux qui sont esclaves parmi les Gentils, regardez ceux qui sont rejetés et méprisés, et faites savoir aux Gentils que vous êtes notre Dieu ” (2 Maccabées 27).

Les chrétiens catholiques comprennent que cette structure physique ne suffit plus et que Dieu Lui-même fera à nouveau Sa demeure parmi nous d’une manière beaucoup plus intime et personnelle qui pourra atteindre les extrémités de la terre. Ce lieu le plus sacré de la terre se trouvera dans chaque tabernacle où se trouve la présence réelle de Jésus-Christ dans l’Eucharistie… ainsi que dans les corps de tous ceux qui Le reçoivent avec la charge de “devenir ce que vous recevez.”

JOUR 299: 2 Maccabées 2; Sirach 42-44; Proverbes 24:8-9

LES PILLARDS DE L’ARCHE PERDUE (Partie 2)

Le deuxième chapitre de 2 Maccabées commence par une discussion sur l’Arche de l’Alliance qui avait été cachée par le prophète Jérémie dans une grotte sur la Montagne où Dieu avait donné les commandements à Moïse. Vous vous souvenez peut-être que l’arche contenait ces deux tablettes de pierre sur lesquelles Dieu avait écrit les commandements ; une manne et la verge sacerdotale d’Aaron. L’arche ayant été « cachée” ou « perdue » a causé une grande détresse au peuple juif car c’était la chose la plus sainte qu’ils avaient qui avait été dans le site le plus saint de la terre – le temple. L’indication de Jérémie selon laquelle il serait révélé au moment du choix de Dieu a, dans un sens, atténué une partie de leur détresse et, en même temps, suscité l’anticipation du moment ou de la façon dont cela pourrait être révélé.

Que cette discussion ressurgisse ici dans ce dernier livre de l’Ancien Testament, il convient de souligner comment nous, catholiques, croyons que l’arche a été trouvée. Pas à l’emplacement physique de l’instrument en bois d’origine contenant ces articles. Mais en une personne: la Bienheureuse Vierge Marie. Car de son sein vient Jésus qui remplace ces objets en étant l’accomplissement de la Loi (les commandements); le pain de vie (la manne) et le Souverain Sacrificateur éternel (la verge d’Aaron).

Puisse la Sainte Mère continuer à prier pour nous alors que nous continuons à méditer sur toutes ces vérités bibliques et qu’elles nous amènent à connaître et à aimer la Parole de Dieu, non seulement dans cette Étude biblique, mais en la personne de Jésus-Christ.

JOUR 300: 2 Maccabées 3; Sirach 45-46; Proverbes 24:10-12

REDDITION

Alors maintenant, nous arrivons à certaines des parties amusantes. Le chapitre 3 de 2 Maccabées est définitivement une histoire dramatique avec la « fin heureuse » que nous désirons si souvent. Vous avez ces méchants qui mentent, conspirent contre les Juifs et tentent de voler le trésor du temple – et en fait de voler Dieu lui-même. Vous avez le peuple de Dieu qui crie à Dieu de venir à son secours. Et Il le fait de manière assez impressionnante, dramatique et inattendue. Vous obtenez même l’un des méchants faisant un changement de 180 degrés pour sinon faire une conversion pure et simple, au moins une révérence et un respect pour le Seigneur Dieu.

Mon instinct initial était que tous nos ennemis se comportaient de la même manière. Comme j’aimerais que le Seigneur Dieu envoie des cavaliers après certaines personnes (j’ai une liste, Seigneur). Je suis gêné de dire que je ne plaisante qu’à moitié dans ce désir. C’est mon problème, et peut-être d’autres aussi. Qu’il s’agisse de traiter avec des ennemis ou de répondre à d’autres prières que nous apportons au Seigneur Dieu, à quelle fréquence lui présentons-nous la réponse que nous voulons et sommes sûrs que tout ira bien?

Nous devons garder à l’esprit que lorsque le souverain sacrificateur, les prêtres et le peuple se présentent devant le Seigneur, ils ne le font pas avec ces choses – avec les réponses qu’ils veulent, la justice qu’ils pensent mériter, ni la punition qu’ils croient juste pour ces ennemis. Leur prière est triste de ce qui se déroulait au milieu d’eux. Leur colère n’était pas “hé c’est de l’argent que nous avons déposé et vous ne pouvez pas le prendre. »Leur colère, leur tristesse était que le temple de Dieu soit souillé par ces « ennemis. »Ils L’appellent en révérence – et ils se soumettent à Sa volonté.

Quelle que soit la chose pour laquelle nous prions, qu’il s’agisse de lutter contre un ennemi ou d’intercéder pour un besoin compréhensible, c’est l’une des clés d’une prière efficace. Vraiment arriver à un lieu de reddition. Ayant la foi et la confiance que Dieu est ce qu’Il dit être – Tout Bon, Tout Aimant, Tout Puissant – et Il désire notre vrai bonheur pour toute l’éternité. Et c’est vrai qu’Il se présente et se montre de manière dramatique avec des cavaliers pour mener nos batailles, ou qu’Il semble silencieux. Dieu est Bon, tout le temps God et tout le temps, Dieu est Bon.

JOUR 301: 2 Maccabées 4; Sirach 47-49; Proverbes 24:13-16

DE L’INTÉRIEUR

Hier, nous avons entendu parler de l’assaut contre Dieu et Son temple par des étrangers. Maintenant, nous entendons parler de combats qui surgissent de l’intérieur du Peuple de Dieu lui-même. Vous entendez parler de ce combat entre Onias et Jason et de faire appel / s’aligner avec les autorités séculières pour obtenir de l’aide pour déterminer qui servirait de Grand Prêtre. À présent, compagnons de route, vous pouvez comprendre par vous-mêmes pourquoi c’est une mauvaise idée et où cela mènera finalement. Le mélange avec les autorités laïques, le mélange des traditions juives avec celles des Grecs – en bref, ont une ”mauvaise idée » écrite partout.

Mais il est intéressant de noter que ces menaces provenaient de leurs propres rangs. Vous avez ces luttes intestines qui sont nées de la jalousie, de l’envie – qui initie tous ces schémas où c’est presque comme s’ils disaient: “si je n’arrive pas à obtenir ce que je veux, je vais tout brûler.”

C’est un bon rappel pour nous que tant de menaces auxquelles nous sommes confrontés dans nos vies spirituelles, elles aussi viennent de l’intérieur. Nous pouvons le voir au niveau collectif, par exemple en tant qu’Église. Combien de divisions, de combats et de confusion viennent de dirigeants et de groupes qui n’écoutent pas Dieu, qui écoutent Jésus (qui nous a donné plus qu’assez pour écouter et suivre) mais qui se concentrent sur ce qu’ils veulent ? Nous pouvons voir cela aussi sur le plan personnel – combien de fois ces tentations de suivre mon propre chemin, de faire mon propre truc ressurgissent.

Ce qui est essentiel, c’est d’être conscient de cette réalité au jour le jour. Reconnaître comment le diable cherche constamment la moindre ouverture pour provoquer une tension, perturber toute unité ou paix en nous faisant nous détourner du Seigneur Dieu et en nous concentrant à l’intérieur.

JOUR 302: 2 Maccabées 5; Sirach 50-51; Proverbes 24:17-20

LA GLOIRE DU TEMPLE

Il est difficile de croire qu’il y a près de deux ans, des gens du monde entier se sont tournés vers leurs écrans pour voir la célèbre cathédrale Notre-Dame de Paris engloutie par les flammes la détruisant presque complètement. Fait intéressant cependant, était la variété des perspectives dans la couverture des nouvelles. Pour de nombreux journalistes, l’accent était mis sur ce site historique et ses trésors artistiques qui ont été endommagés ou ruinés. Des spéculations ont couru sur la façon de ”réparer“ ou de ”reconstruire » avec des propositions intéressantes (pour le dire avec charité) proposées. Finalement, il a été décidé qu’il serait reconstruit / restauré exactement comme avant l’incendie. Mais malheureusement, je pense que la plupart des Français impliqués et au cœur de ces débats et de cette décision s’expriment uniquement d’un point de vue architectural et artistique. Et il leur manque un point important. Parce que la réalité est que la “destruction” de la cathédrale a commencé bien avant que la première étincelle de cet incendie n’engloutisse cette structure. En 2020, les sondages montrent que moins de 8% des catholiques français assistent régulièrement à la messe.

Cela m’est venu à l’esprit en lisant le chapitre cinq du Deuxième Maccabées alors que nous entendions parler du pillage du temple. Une fois de plus, ce qui était considéré comme le lieu le plus saint pour tous les Juifs avait subi une autre horrible souillure et profanation. Mais la réalité était que ce ne sont pas seulement les mains du mal Antiochos qui ont provoqué cela. Le peuple juif s’était, une fois de plus, éloigné du cœur de l’alliance avec Dieu. Comme l’écrit l’auteur de 2 Maccabées“ « le Seigneur n’a pas choisi la nation pour le bien du lieu saint, mais le lieu pour le bien de la nation. (2 Macc 5:19). Ce qui a rendu le temple “glorieux »; ce qui en a fait un lieu que le Seigneur avait voulu habiter, ce sont les cœurs de Son peuple. Cela étant considérablement diminué, cela ne veut pas dire qu’Antiochos n’aurait pas tenté une telle attaque – et aurait même pu y réussir. Mais la dévastation physique aurait été atténuée par la fidélité de Son peuple. La vraie gloire serait restée intacte.

C’est toujours un point essentiel que ces structures physiques soient importantes. Ce sont souvent des instantanés de la foi des gens au moment où les bâtiments sont érigés pour la première fois. Lorsque vous entrez dans un lieu de culte – un temple, une chapelle, une église – qu’il s’agisse d’une structure vieille de plusieurs siècles ou d’une structure moderne, vous voyez la réflexion, la réflexion, les sacrifices et les prières des gens. Et ce sont des lieux magnifiques et importants où les gens peuvent se rassembler pour offrir à Dieu la louange et l’adoration qu’Il mérite. Mais cet épisode de 2 Maccabées résonne encore plus aux chrétiens catholiques. Comme l’a écrit Saint Paul dans sa Première lettre aux Corinthiens: Vous êtes des corps sont des temples du Saint-Esprit. En fin de compte, la vie et la croissance continues de tout “Lieu Saint” viennent de son peuple qui embrasse et vit cette identité sacrée.

JOUR 303:2 Maccabées 6; Sagesse 1-2; Proverbes 24:21-26

DERNIER ARRÊT

Aujourd’hui est un jour passionnant pour nous pèlerins bibliques. Nous commençons le 46e – et dernier livre de l’Ancien Testament – le Livre de la Sagesse! En 10 jours, nous aurons terminé l’intégralité des Écritures hébraïques et nous nous immergerons pleinement dans le Nouveau Testament. Pour paraphraser / citer le P. Mike-MAN OH MAN – VOUS LES GARS – CHEMIN À PARCOURIR!! 🙂 Sérieusement, c’est un accomplissement énorme (chaque fois que vous lisez ceci – que vous soyez consécutif depuis 303 jours depuis le 1er janvier ou non). Merci de votre engagement et de votre intérêt – et de me tenir responsable de suivre tout cela également. Alors que j’ai lu l’intégralité des Écritures auparavant, je ne l’ai jamais fait d’une manière intentionnelle comme celle-ci – alors même si je suis très touché et reconnaissant pour toutes vos notes et votre soutien – vous avez tous été un cadeau pour moi aussi!

Revenons à la Sagesse – nous devons donc préciser que, bien qu’elle soit attribuée au roi Salomon, il a vécu environ 900 ans avant que cela ne soit écrit (vers le 2ème siècle avant JC), lui attribuer cette œuvre divinement inspirée n’était pas rare dans le monde antique comme un moyen d’humilité pour l’auteur tout en soulignant l’importance du texte lui–même – faisant appel à un personnage qui était considéré comme l’un des plus grands hommes et des figures les plus sages du Judaïsme. Le livre a trois thèmes de base. Les chapitres 1 à 5 parlent de la nécessité de poursuivre la justice; Les chapitres 6 à 9 se concentreront sur la source de la sagesse et l’importance de la poursuivre; et les chapitres 10 à 19 souligneront comment le peuple élu a démontré les bénédictions de poursuivre la sagesse.

C’est incroyable de lire ces chapitres d’ouverture et d’imaginer si chaque individu qui devait assumer une position de leadership devait les lire et y réfléchir. Les exhortations que nous trouvons dans le premier chapitre à rechercher le Seigneur et à aimer la justice ainsi que les catastrophes qui attendent ceux qui suivent le chemin des méchants au chapitre 2 sont aussi pertinentes aujourd’hui qu’il y a plus de 21 siècles. Jusqu’à ce jour, chacun de nous est béni d’avoir un peu de temps pour entendre nous-mêmes cette Parole de Dieu avec l’espoir que ces vérités importantes puissent prendre racine dans nos cœurs.

JOUR 304:2 Maccabées 7; Sagesse 3; Prvoerbes 24:27-29

LA MÈRE ET SES SEPT FILS

La lecture d’aujourd’hui de 2 Maccabées est l’une des histoires les plus connues de tout ce livre. La mère de 7 fils qui sont tous torturés devant leur mère pour avoir refusé de violer les lois alimentaires des Juifs, en particulier ils ne mangeraient pas de porc. Le va-et-vient entre les fils et Antiochos est un peu difficile à envelopper nos esprits. Quelque chose d’apparemment si trivial s’élevant au niveau de la vie et de la mort. Et vous n’auriez probablement pas à chercher des commentateurs qui expliqueraient pourquoi ces hommes et leur mère auraient été justifiés d’avoir violé cette loi, et auraient dû le faire.

Mais maintenant, espérons que nous le savons, il ne s’agit pas du porc. Tout ce débat porte sur d’où vient le pouvoir, d’où vient l’autorité ? Quand l’obéissance est-elle requise ? Qui est le chef de nos vies?

Le courage de cette famille naît de la foi de cette mère héroïque qu’elle a transmise à ses enfants. Nous voyons cette femme anonyme comme une voix prophétique à la venue de Jésus-Christ alors qu’elle explique qu’elle ne craint pas la mort parce qu’elle croit en la résurrection:

Ce n’est pas moi qui vous ai donné la vie et le souffle, ni moi qui ai mis en ordre les éléments en chacun de vous. C’est pourquoi le Créateur du monde, qui a façonné le commencement de l’homme et conçu l’origine de toutes choses, vous redonnera dans sa miséricorde la vie et le souffle, puisque vous vous oubliez maintenant à cause de ses lois. (2 Macc 7:22-23)

Pensez-y, 20 siècles plus tard, ces individus sont vénérés parmi les Juifs et les chrétiens en raison de leur fidélité à Dieu. Que ces braves martyrs prient pour nous, afin que nous, qui avons reçu la plénitude de la vérité en Jésus–Christ et qui éprouvons la puissance de la Résurrection chaque fois que nous recevons les Sacrements, soyons un peu plus audacieux dans notre témoignage de Lui – en particulier à notre époque où nous rencontrons des défis beaucoup plus grands sur la place publique pour la sincérité de nos croyances profondes que pour ce que nous mangerons ou ne mangerons pas.

JOUR 305:2 Maccabées 8; Sagesse 5 – 6; Proverbes 24:30-34

MATURATION DANS LA FOI

L’une des choses qui ressort de ce chapitre des Maccabées, alors que nous nous rapprochons de plus en plus de la fin de l’Ancien Testament, est la façon dont, dans un sens, les Juifs avaient grandi en tant que peuple. De la rébellion contre Dieu qui avait besoin de les apprivoiser et de les entraîner dans le désert après l’Exode et avant qu’ils n’entrent en terre promise – nous pouvons maintenant entendre et lire une maturité que nous n’avions jamais rencontrée auparavant. Sans prophète pour les avertir quand ils s’égaraient, nous entendons Judas diriger le peuple alors qu’ils

« pria le Seigneur de regarder les gens qui étaient opprimés par tous, et d’avoir pitié du temple profané par des hommes impies, et d’avoir pitié de la ville qui était détruite….et d’écouter le sang qui lui criait, et de se souvenir aussithe des blasphèmes commis contre son nom, et de montrer sa haine du mal [8:2-4].”

Et comment ils devaient gérer le butin de guerre:
« Quand ils avaient ramassé les armes de l’ennemi et les avaient dépouillés de leur butin, ils observaient le Sabbat, rendant une grande louange et des remerciements au Seigneur…. Après le Sabbat, ils donnèrent une partie du butin à ceux qui avaient été torturés et aux veuves et aux orphelins…. Quand ils eurent fait cela, ils firent des supplications communes et prièrent le Seigneur miséricordieux d’être entièrement réconcilié avec ses serviteurs. Lors de leurs rencontres avec les forces de Timothée et de Bacchide, ils se partagèrent beaucoup de pillage, donnant à ceux qui avaient été torturés et aux orphelins et aux veuves, ainsi qu’aux personnes âgées, des parts égales aux leurs. [8:27-30]

Nous avons entendu hier leur croyance en la résurrection, et dans quelques jours entendront les débuts de notre compréhension du purgatoire. À bien des égards, nous pouvons voir comment les gens commencent enfin à l’obtenir. Mais cela ne suffira pas seul. Ils ont encore besoin de Lui. Comme nous tous.

JOUR 306:2 Maccabées 9; Sagesse 7-8; Proverbes 25:1-3

« JE VOUS SALUE MARIE”

C’était inattendu. Vous ne vous attendiez probablement pas à lire ou à entendre parler des problèmes gastro-intestinaux d’Antiochos. Ni, encore plus remarquable (quoique peut-être perdu après ce TMI sur son, “condition”) de sa conversion. Après avoir été si longtemps un méchant, au point que l’auteur de 2 Maccabées observe ces problèmes de santé soudains qui l’avaient frappé, étaient “very très justement car il avait torturé les entrailles des autres avec des inflictions nombreuses et étranges” était-ce une conversion authentique? Ou Antiochos espérait-il simplement faire tomber Dieu sur son dos ?

Dans un sens, cela n’a pas vraiment d’importance. Parce que dans les deux cas, Antiochos reconnaît le Seigneur Dieu. Voici un souverain païen qui a été arrogant, impitoyable, aimant son pouvoir. Maintenant, il est confronté à sa propre mortalité. Aucun des centaines de dieux auxquels il avait des affinités ne lui fut d’une quelconque aide. Il reconnaît qu’il n’y a nulle part où courir, nulle part où se cacher. Sa « conversion » est réelle dans le fait qu’il concède la défaite au Seigneur Dieu – et dans son désespoir appelle à un certain sens de miséricorde de la part du Seigneur Dieu. Il lance le nec plus ultra des passes “Je vous salue Marie”.

Comme je l’ai dit, c’est inattendu à bien des niveaux pour nous. Plus particulièrement, en tant que chrétiens, lorsque nous parlons de conversions, c’est une question de cœur et d’esprit ayant été conquis par Jésus-Christ qu’il y a un sentiment de foi et de confiance ayant appris à connaître et à aimer Dieu. Il est difficile pour nous de comprendre ce chapitre. Mais mettez-vous dans les chaussures (ou peut-être des sandales?) Des Juifs à l’époque. Ici, ils avaient longtemps souffert, essayant désespérément de ramener leur patrie, leur temple à la gloire de leur passé…. tout en affrontant toutes ces batailles mondaines et ces guerriers. Tous sans qu’aucun prophète ne leur annonce la parole de Dieu quant à savoir s’ils étaient sur la bonne voie ou non. Pour eux, ce n’était rien de moins que des nouvelles miraculeuses. Leurs prières désespérées avaient été exaucées. Dieu avait encore une fois subi une défaite spectaculaire de l’un des ennemis de Son Peuple élu, dans l’un des endroits les plus improbables: son cœur.

JOUR 307:2 Maccabées 10; Sagesse 9-10; Proverbes 25:4-7

« LE SEIGNEUR LES CONDUIT”

Le chapitre 10 de 2 Maccabées nous fait entendre la purification du temple. Encore une fois, des références à la célébration de Hanoukka sont décrites ici. Après deux ans d’être séparés de leur sanctuaire, ils arrivent enfin – le purifier de tout ce qui l’a souillé, adorer le Seigneur Dieu d’une manière de célébration et de joie qui a duré 8 jours.

Fait intéressant, au fur et à mesure que le chapitre se poursuit, il semble que ce soient tous des épisodes décousus qui sont racontés ici. Mais lorsque nous entendons parler d’une autre bataille contre Timothée, nous voyons comment ils sont connectés. Avec les nuées de guerre qui s’abattent sur eux, que font les Juifs? Ils se tournent immédiatement vers Dieu“ « Tombant sur les marches devant l’autel, ils Le supplièrent d’être gracieux envers eux et d’être un ennemi pour leurs ennemis…” (2 Maccabées 10:26) Ce que Maccabée et ses disciples ont au centre de leur cœur, c’est que c’était “le Seigneur qui les conduisait. »Encore une fois – nous devons nous rappeler que dans un sens, ce fut un temps de “silence” de la part du Seigneur. Il n’y avait aucune déclaration prophétique pour aider à clarifier la parole et la direction de Dieu, ce qui devait être déconcertant. Pourtant, dans un sens, c’est un approfondissement de leur foi. Ils comptent sur tout ce qu’ils ont connu, appris et expérimenté du Seigneur Dieu: “Au moment où l’aube se brisait, les deux armées se sont jointes au combat, l’une ayant pour gage de succès et de victoire non seulement leur valeur, mais leur confiance en le Seigneur, tandis que l’autre a fait de la rage leur chef dans le combat ” (v 28).

Il me semble que, à bien des égards, c’est un bon rappel d’une vérité simple mais difficile pour les personnes de foi au jour le jour. Qu’elles soient grandes ou petites, avec les choix, avec les batailles que nous affrontons, avec quelle « armée” nous alignons-nous ? Nous permettons-nous de nous inscrire avec des forces de “rage” ou demandons-nous au Seigneur de nous conduire (ou même de lui demander si c’est une bataille que je dois mener en premier lieu?) Trop souvent, lorsque nous rencontrons des échecs et des reculs, nous ne parvenons pas à faire une réflexion sur nous-mêmes en nous demandant si nous nous fions uniquement à nous-mêmes et à nos propres intérêts en premier lieu, ce qui conduit sans surprise à la fatalité.

JOUR 308:2 Maccabées 11; Sagesse 11-12; Proverbes 25:8-10

HISTOIRE REVISITÉE

Hier, nous avons commencé la section « finale » du livre de la Sagesse. Il est bon de faire une pause et de se souvenir que lorsque vous entendez ou lisez les chapitres d’aujourd’hui, car tout à coup, nous entendons un nom ancien, mais familier: Moïse. Vous vous souvenez peut-être que cette dernière section de la Sagesse se concentre sur l’histoire du peuple juif et sa quête de la sagesse. Nous obtenons donc dans un sens un examen rapide de l’intégralité de l’Ancien Testament. Ce qui est bon à deux niveaux.

D’abord parce que nous sommes maintenant à 5 jours de l’achèvement de l’Ancien Testament! Ce qui est assez génial les gars! Surtout pour ceux d’entre vous qui, c’est la première fois que vous lisez intentionnellement la Bible en entier – félicitations ! Ces chapitres sont un peu spéciaux parce que vous obtenez ce commentaire divinement inspiré sur l’histoire des Juifs, AVANT l’arrivée du Christ. Pour moi, ce que j’aime, c’est la façon dont il donne cette perspective unique, presque comme un Juif pieux qui fait un examen approfondi de la conscience collective de lui-même et de son peuple.

L’autre raison est quelque chose que nous avons entendu pour la première fois le Père. Mike a présenté il y a quelques jours 308: l’importance de “se souvenir.”L’un des objectifs est de rencontrer“la voix de Dieu et de vivre la vie à travers le prisme de l’Écriturediscovering découvrir comment se déroule l’histoire du salut et comment nous nous inscrivons dans cette histoire. » Ce n’est pas seulement une déclaration introductive concise que le Père. Mike lit dans le podcast quotidien, mais va au cœur de la raison pour laquelle nous lisons les Écritures. Dieu nous rencontre dans le moment présent (Il révèle Son nom comme “JE SUIS » et non “J’étais » ou “Je serai »), Mais l’Écriture n’est pas seulement un récit historique, mais la parole vivante de Dieu. Nous l’entendons nous parler, nous enseigner, nous défier alors que nous nous souvenons de tout ce que Dieu a fait pour que nous puissions voir ce qu’Il fait ici et maintenant. Se souvenir de nos liens avec la grande famille de Dieu, nos ancêtres dans la foi de l’alliance.

Alors que nous entrons dans ces derniers jours des Écritures hébraïques et que nous entendons cette “revue” de la Sagesse, puisse-t-elle nous aider à nous souvenir et à examiner tout ce que Dieu a fait dans nos vies, en particulier ces 308 derniers jours que nous avons continué à “appuyer sur le jeu ».”

JOUR 309:2 Maccabées 12; Sagesse 13-14; Proverbes 25:11-14

PURGATOIRE

Mardi dernier, l’Église a célébré l’un de nos jours les plus uniques du calendrier liturgique. Ce n’est pas une fête ou une solennité que nous utilisons habituellement lorsque nous nous souvenons d’un Saint ou que nous marquons quelque chose de significatif comme l’Annonciation (lorsque Marie a été accueillie par l’Ange Gabriel et a appris que Dieu le Père l’avait choisie pour être la Mère de Jésus) On l’appelle la “Commémoration de Tous les Fidèles Défunts” ou plus simplement “Journée de Toutes les Âmes. »Cela arrive le lendemain de la Toussaint, où l’Église célèbre les innombrables armées de nos frères et sœurs qui ont été trouvés dignes, qui sont dans le royaume éternel de Dieu, qui continuent d’intercéder pour ceux d’entre nous ici sur terre. En raison de cette proximité et franchement, du manque d’enseignement approprié depuis un certain temps, les gens y voient souvent l’occasion de se souvenir de nos proches qui sont morts, presque avec l’hypothèse qu’ils sont déjà au paradis. Cette réalité est apparue un an en prêchant ce que ce jour est réellement destiné à faire, pour souligner notre besoin de prier pour tous nos proches, pour tous les fidèles partis, et dans notre charité aussi pour nous souvenir de ceux qui n’ont personne pour prier pour ceux qui sont au purgatoire.

C’est ce que nous voyons faire Judas Maccabée dans ce chapitre de 2 Maccabées aujourd’hui. Il ordonne que des sacrifices soient offerts dans le temple pour les soldats juifs qui ont été tués au combat et qui ont porté essentiellement des breloques porte-bonheur, considérées comme des idoles. Nous voyons dans ces versets la réalisation de la complexité de la vie humaine: voici ces hommes courageux qui avaient volontairement combattu et étaient morts pour leur foi, mais qui avaient également violé quelque chose de si fondamental en termes de foi dans le Seigneur Dieu avec ces “pieds de lapin. »Cela a laissé ceux qui étaient en conflit. Vous pouvez imaginer la tension qu’ils ont vécue: Auraient-ils pu être perdus à jamais pour une telle violation? Nous qui avons voyagé pendant 309 jours avons vu comment, dans le passé, l’idolâtrie physique coûtait souvent la vie aux gens.

Comme le Père. Mike avait cependant souligné que la compréhension d’une vie après était quelque chose qui restait un mystère pendant une grande partie de l’histoire juive. Il y avait des notions d’enfer, ou de géhenne pour ceux qui avaient rejeté Dieu et combattu contre Lui. Il y avait des idées selon lesquelles les âmes étaient au repos, en paix, dans le sommeil. Vous aviez des Juifs bons, fidèles et pieux qui avaient des vues entièrement différentes des choses (c’est-à-dire: Saducéens et pharisiens qui ne croyaient à aucune vie après la vie; les seconds qui l’ont fait) La réalité du ciel, la résurrection était quelque chose qui se retrouve au fil du temps dans tout l’Ancien Testament, mais qui (comme toutes les choses dans les Écritures hébraïques) sera pleinement révélée en Jésus-Christ.

Retour aux Maccabées et au Purgatoire. Ce cas clair de prière pour ces soldats se distinguait parce que, dit l’enseignement: si on est en enfer, c’est un châtiment éternel et aucune prière ne serait utile. Si quelqu’un est au Ciel, il n’a pas besoin de nos prières. Mais qu’en est-il de ceux qui avaient des « affaires inachevées– – un manque de réconciliation, un attachement au péché, un manque de charité dans certains domaines de leur vie? En d’autres termes, des gens comme nous, qui sont morts?

En fin de compte, nous avons confiance dans la miséricorde de Dieu. Nous faisons confiance au Dieu qui a dit à Samuel de chercher le futur roi de David “GodDieu ne voit pas comme l’homme voit, car l’homme regarde l’apparence extérieure, mais le SEIGNEUR regarde le cœur. »Le purgatoire, malheureusement en raison de certaines interprétations dramatiques, a été imaginé comme une prison, ou une périphérie de l’enfer où vous attendez qu’une commission de libération conditionnelle vous laisse sortir. L’Écriture, l’enseignement et la tradition de l’Église voient cela comme une autre expression de la miséricorde de Dieu et de voir le cœur de chaque âme. Offrir ce lieu et ce temps de purification afin que tout ce qui pourrait être un obstacle restant pour que cette âme atteigne la promesse céleste soit préparé pour ce don.

Comme les Maccabées, prions souvent pour nos proches afin qu’ils deviennent vraiment des Saints, l’un des élus du ciel (sachant alors qu’ils peuvent rendre la faveur et prier pour nous) – et dans notre charité, continuons à prier pour les âmes qui n’ont personne pour prier pour elles comme un acte de véritable charité.

JOUR 310: 2 Maccabées 13; Sagesse 15-16; Proverbes 25:15-17

PRIÈRE LES UNS POUR LES AUTRES

De tous les livres que nous avons lus jusqu’à présent, et quelqu’un me corrige si je me trompe ici, mais je ne me souviens pas d’un tel appel manifeste où nous lisons des Juifs priant pour que leurs camarades Juifs restent fidèles. 2 Mac 13, 10-11: « he il ordonna au peuple d’invoquer le Seigneur jour et nuit, maintenant si jamais pour aider ceux qui étaient sur le point d’être privés de la loi, de leur pays et du saint temple, et de ne pas laisser le peuple qui venait de commencer à ressusciter tomber entre les mains des Gentils blasphémateurs.”

Il y a quelque chose de puissant et de beau dans cette prière. Ce n’est pas dirigé vers quelqu’un de spécifique ou peut-être même connu par ceux qui font la prière. C’est reconnaître la difficulté de la vie de foi soi-même, mais ensuite comprendre qu’il y a des gens qui sont aux prises avec des obstacles encore plus difficiles. C’est reconnaître un lien surnaturel qui unit ce peuple de foi.

Comme le Père Mike nous invite chaque jour à la fin de son podcast à prier les uns pour les autres et pour les autres dans cette communauté, la lecture d’aujourd’hui nous rappelle l’importance de prier en particulier pour ceux qui sont persécutés pour leur foi.

Cela pourrait surprendre certains d’apprendre quel est le groupe religieux le plus persécuté au monde en ce moment – les chrétiens. Le site web forthemartyrs.com note Le nombre de personnes persécutées en raison de leur foi en Christ a augmenté de plus de 30% rien qu’en 2020. Il y a maintenant plus de 340 millions de chrétiens dans le monde qui sont confrontés à des niveaux élevés de persécution en raison de leur foi.* Malgré cette crise croissante, la persécution chrétienne est largement ignorée par les médias et souvent négligée au sein des communautés religieuses occidentales. Et une statistique étonnante est qu’il y a plus de martyrs pour leur foi chrétienne en ce siècle actuel que tous les autres siècles de l’histoire de l’église réunis. Laissons cette réalité s’enfoncer et relisons ces paroles de Maccabées tirées de la lecture d’aujourd’hui“ « callinvoquons le Seigneur jour et nuit, maintenant si jamais pour aider ceux qui étaient sur le point d’être privés de la loi, de leur pays et du saint temple, et pour ne pas laisser les gens qui venaient de commencer à revivre tomber entre les mains des blasphémateurs…”

JOUR 311:2 Maccabées 14; Sagesse 17-18; Proverbes 25:18-20
TERMINAISON D’IMPERFECTION

Alors que nous nous approchons de plus en plus de la fin de 2 Maccabées, nous entendons ce va-et-vient de tension que les Juifs vivent avec les Grecs qui se poursuivent. Il y aurait de mauvaises choses, des menaces et des combats militaires, de l’anxiété face à ces menaces – et puis nous voyons une trêve, un sentiment de stabilité et des moments de paix – comme nous le voyons avec Maccabée et Nicanor. Ces moments sont éphémères alors que la pression des autorités extérieures, la jalousie et l’envie, la suspicion entrent et prennent racine. Les Juifs continuent de ressentir la tension et la frustration en criant“ « Seigneur de tous, qui n’ont besoin de rien, tu étais heureux qu’il y ait un temple pour ton habitation parmi nous; alors maintenant, Ô saint, Seigneur de toute sainteté, garde intacte pour toujours cette maison qui a été si récemment purifiée. » (2 Maccabées 14:35-36)

C’est fascinant, n’est-ce pas pour nous d’être de l’autre côté des choses, n’est-ce pas? Nous pouvons entendre cette révérence et ce désir qu’ils ont pour que la demeure de Dieu parmi eux soit restaurée d’une manière dont ils n’avaient entendu parler que mais qu’ils n’avaient jamais vécue eux-mêmes. Ils attendaient la plénitude du temps où le temple serait pur, sans souillure, le centre de leur vie – quand Dieu ramènerait l’arche au Saint des Saints et remplirait tout le lieu de Sa présence.

Alors qu’ils reconnaissaient que Dieu les avait soutenus, protégés, combattu pour eux, ils ressentaient encore le silence de ne pas avoir de prophète envoyé vers eux. Ce qu’ils ne pouvaient pas voir, c’était comment Dieu répondait à leurs prières. Bientôt, il ne sera plus nécessaire de naviguer avec les ennemis de Dieu pour qu’ils aient accès à Lui et à Sa présence. Ce désir, cette anticipation, ce “silence” se termineraient bientôt d’une manière des plus inattendues. Dieu faisait en effet quelque chose de nouveau. Leur fidélité serait le fondement sur lequel Il bâtirait quelque chose de nouveau avec la venue de Jésus-Christ.

JOUR 312:2 Maccabées 15; Sagesse 19; Proverbes 25:21-23

BIAISÉ VERS DE NOUVELLES

C’est l’une des excroissances du consumérisme moderne. Avec le rythme de l’évolution, du développement, de l’innovation à une vitesse que le monde n’a jamais vue, nous sommes constamment à la recherche de ce qui est “nouveau.“Les téléphones portables (si nous les appelons même comme ça, les ”téléphones intelligents“) que nous transportons ne rendent pas seulement les ”lignes terrestres » inutiles pour un nombre croissant de personnes – ils rendent les caméras même les ordinateurs personnels parfois obsolètes. Nous avons connu des transformations dans la façon dont nous recevons l’information, comment nous nous divertissons, comment nous communiquons. Le « podcast » que nous écoutons tous les jours – même que vous lisez ceci sur cette plate-forme de médias sociaux il y a un peu plus d’une décennie, ce n’étaient pas des choses que beaucoup d’entre nous imaginaient faire partie de nos vies, et encore moins de nos routines quotidiennes.

Tout ce progrès nous fait parfois abandonner un peu trop vite ce qui l’a précédé. Pour juger simplement que ce qui est “nouveau” a remplacé le besoin de ce qui est arrivé avant. Malheureusement, pour beaucoup de chrétiens catholiques, cela a fait partie de notre approche de l’Écriture. Je sais que lorsque j’ai commencé à étudier la théologie, mon impulsion était simplement de vouloir me plonger dans le Nouveau Testament, car je sentais qu’il y avait tellement de choses à apprendre sur Jésus et que je voulais le connaître et L’aimer davantage, cela semblait l’endroit naturel pour résider spirituellement et académiquement.

Mais alors que nous terminons cette période avec l’Ancien Testament, il est bon de réfléchir à ce que ce temps a été un véritable don. Ici, nous sommes plus de 300 jours dans la Bible en un an et (évidemment à l’exception des points de contrôle messianiques) l’intégralité de la Bible a été l’Ancien Testament. Nous pouvons reconnaître qu’environ 75% du “bon livre” est l’Ancien Testament. Pour Jésus, Marie et Joseph – pour leur famille et leurs amis – pour les apôtres et les premiers disciples, c’était leur seule écriture. Ainsi, notre engagement et le temps que nous avons investi jusqu’à présent nous ont aidés à mieux imaginer leurs perspectives sur Dieu et à essayer de préparer leur cœur à ce qui allait arriver.

Espérons que nous aurons également une appréciation plus riche de la façon dont Jésus est la « parole faite chair ». » Comment il accomplit les prières, les désirs et les rêves les plus profonds du peuple de Dieu. Qu’il n’y a pas de Dieu différent de l’Ancien et du Nouveau Testament. Mais au contraire, Dieu continuait à Se révéler à Son peuple et, au moment fixé, Il Se révélait complètement d’une manière douce et inattendue, (comme lorsqu’Élie dans le livre des Premiers Rois ne trouve pas Dieu dans le vent, le tremblement de terre ou le feu, mais la voix encore petite) l’humilité de Jésus, né dans l’humilité et la pauvreté – pourtant, Dieu se montre beaucoup plus que la séparation des mers ou la manne dans le désert alors que nous voyons les miracles, les guérisons, la résurrection des morts, le retour d’entre les morts Lui-même.

Ce dernier jour de notre temps avec l’Ancien Testament et alors que nous commençons nos 53 derniers jours, puissions–nous réaliser la vérité que Saint Augustin a observé Que Le Nouveau Testament est caché dans l’Ancien; l’Ancien est rendu accessible par le Nouveau – ou le Vénérable archevêque Fulton Sheen L’Ancien Testament est comme une radio avec sa voix cachée annonçant Celui à venir. Le Nouveau Testament est comme une télévision parce que la Parole est devenue à la fois audible et visible.