You are currently viewing Questions familiales: Familles au ministère

Questions familiales: Familles au ministère

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Jeunesse Catho

Au début…

Il semble toujours y avoir des « moments » spéciaux dans le ministère qui se démarquent. Pour moi, l’un de ces moments a eu lieu lors de la première retraite que ma femme et moi avons décidé d’emmener avec nous nos deux jeunes enfants. Bien que nous ayons eu pas mal de questions sur la façon dont cela fonctionnerait sur le plan logistique, nous étions ouverts à équilibrer les rôles de ministère tout en étant parents en même temps. C’était un équilibre délicat entre être présent aux adolescents qui étaient en retraite et présent, en tant que parents, à nos propres enfants. Le moment, cependant, est venu pendant la deuxième nuit de retraite pendant l’Adoration. J’étais complètement remplie de joie et de crainte quand, en présence du Saint Sacrement, j’ai regardé par-dessus l’endroit où ma femme faisait des câlins avec nos deux filles sur le sol du centre de retraite, toutes deux couchées sur ses genoux endormies. Lorsqu’on leur a demandé après la retraite quelle était leur partie préférée de la retraite, ils ont tous les deux, sans hésitation et sans improviser, dit: « Adoration. » Ce fut un beau moment qui nous a incités à inclure nos enfants dans le ministère à partir de ce moment-là.

L’année dernière, ma fille aînée a commencé le collège. Cette pensée pour certaines personnes qui travaillent dans le ministère est très excitante, mais en même temps, cela peut être très effrayant. Pour tous ceux qui ont exercé le ministère pendant un certain temps, c’est une chose de servir des centaines d’adolescents qui ont suivi nos programmes au fil des ans, et une autre chose, lorsque ces adolescents deviennent vos propres enfants. Ce n’est cependant pas la première expérience que ma fille a dans le ministère. Elle a onze ans et a assisté à plus de réunions d’équipe de base, de réunions de planification de retraites et à quelques retraites, avec des adolescents et des leaders de base, que la plupart des filles de son âge. En fait, mes deux filles ont été dans et autour du ministère toute leur vie. D’être dans des sièges d’auto sur le sol des nuits de la vie à apporter le pack-n-play sur les retraites quand ils étaient plus jeunes à maintenant participer activement au ministère tout en commençant à assister aux programmes en tant que participants, le ministère a vraiment été une « chose de famille ». »Mes enfants écoutent constamment de la musique d’adoration. Ils attendent avec impatience les réunions de planification de la retraite, et l’une de leurs choses préférées à participer est XLT (Adoration du Saint Sacrement), comme mentionné ci-dessus. Bien que ce soit une bénédiction de pouvoir servir aux côtés de ma famille, c’est quelque chose qui demande un temps et une attention spéciaux supplémentaires pour pouvoir inclure votre famille dans le ministère.

Au fur et à mesure que je m’impliquais dans le ministère, j’ai observé que certaines familles luttaient parce que le ou les parents étaient au ministère. Des heures longues et incohérentes, des dîners de famille composés de pizzas avec l’équipe de base, des week-ends pour des retraites et des voyages, et l’attention portée aux enfants des autres conduisent souvent les parents au ministère loin de leurs propres enfants. J’avais vu des enfants de ministres devenir rancuniers, rebelles et de pures terreurs dans l’église qui rivaliseraient avec n’importe quel collégien indiscipliné et imprévisible. Il y avait un point que ma femme et moi savions qu’un jour, nous serions ces parents qui étaient impliqués dans le ministère avec nos enfants. Cela étant dit, ma femme (qui a également été très impliquée dans le ministère avec moi) et moi avions décidé que nous aborderions soigneusement la façon dont nous allions continuer à être impliqués dans le ministère et permettre à nos enfants de faire partie de ce voyage et de cette expérience avec nous. Il y avait cependant quelques choses que nous devions mettre en perspective.

Sanctifiez le Sabbat

Assister à la Messe ensemble sans avoir rien à faire à la messe devrait être une priorité pour toute famille, mais surtout dans les familles impliquées dans le ministère. Il y a beaucoup d’autres messes dans lesquelles nous avons tous des tâches à accomplir, que ce soit diriger le groupe de culte des adolescents, organiser des lecteurs et des lecteurs adolescents, ou même servir de ministre extraordinaire de la Sainte Communion. Alors que le dimanche est une « journée de travail » pour la plupart des ministres, il est essentiel que nous, en tant que familles, trouvions un type de sabbat, car cette fois, en tant que famille est très importante. Nous devons pouvoir recevoir en famille avant de pouvoir donner, en tant que personnes dans le ministère. Cela s’applique à nous en tant qu’individus, mais aussi à ceux qui ont des familles. Alors que nous célébrons chaque semaine la source et le sommet de notre foi, nous devons célébrer cela avec nos familles.

 » Cachez, ne faites pas feel…No , révéler et ressentir ”

Travailler dans la pastorale des jeunes est très différent de la plupart des emplois en ce sens que, bien que la nature du travail soit différente, certaines des « règles » du travail sont également différentes. Toute journée de travail dans le ministère semble pouvoir devenir une journée « amenez votre enfant au travail ». Les ministres de la jeunesse avec des enfants sont très familiers avec la mise en place d’un berceau dans leur bureau, la tenue de leurs enfants tout en faisant une proclamation lors d’une soirée de la vie ou en s’occupant de leur enfant qui pleure lors d’une réunion du personnel. Les enfants deviennent très visibles dans le ministère, et tout le monde semble être d’accord avec cela. Il y a cependant un équilibre lorsque nous permettons à nos enfants d’être visibles dans notre ministère ou même pendant que nous exerçons notre ministère. Bien qu’il puisse être très acceptable et bienvenu d’avoir nos enfants présents, nous le faisons de manière humble, sachant que ce n’est pas le moment de « montrer » ou de « mettre en valeur » nos enfants, mais un moment pour prendre soin d’eux au besoin.

De la tête au cœur

Les enfants apprennent le mieux de leur expérience; en fait, la plupart d’entre nous apprennent le mieux de leurs expériences. C’est une chose de parler ou de lire quelque chose, mais mieux vaut en faire l’expérience de première main. Il en va de même pour la prière. La prière et les expériences de prière sont une partie centrale de la pastorale des jeunes. Bien qu’il puisse y avoir une certaine crainte que les parents dans le ministère aient à l’idée que leurs enfants « perturbent » une expérience de prière, impliquer vos enfants dans ces expériences est vital. Non seulement ils apprennent à être respectueux, mais à leur manière étonnante, ils commencent à développer leur propre relation avec Dieu. L’une des choses les plus étonnantes dont j’ai été témoin en tant que parent est de voir mes enfants s’agenouiller devant le Saint Sacrement et de savoir exactement devant qui ils sont agenouillés et à quel point il les aime.

On peut le faire !

Il y a quelques années, lorsque nous avons amené nos filles en retraite pour la première fois, je me souviens très bien de la nuit où nous sommes rentrés à la maison. Juste avant de se coucher, ma fille s’est tournée vers moi et m’a dit: “J’ai quelques idées de choses que nous pourrions faire l’année prochaine en retraite. » Je savais à partir de ce moment que mes filles étaient « accrochées « . »Ils faisaient partie de quelque chose de plus grand qu’ils n’avaient jamais connu, et ils voulaient voir et vivre plus. Comme le ministère est devenu par inadvertance une discussion quotidienne autour de la table du dîner, il était important de permettre à nos enfants de contribuer. Non seulement ils ont proposé des idées, suggéré des chansons et montré constamment leur soutien, mais ils ont même offert des commentaires sur certaines choses, ont donné leur avis sur la couleur du maillot de l’équipe principale à obtenir, et ont même suggéré qui devrait (et qui ne devrait pas) faire partie de l’équipe principale. Mais plus important encore, par leur implication dans le ministère, eux aussi ont eu une transformation de cœur, voyant, observant et expérimentant de première main la puissance du Saint-Esprit.

Le ministère avec vos familles peut être délicat, mais cela peut aussi être l’une des bénédictions les plus vivifiantes pour votre vie de famille. N’oubliez pas d’aborder cela avec humilité, douceur et un cœur reconnaissant, sachant que le ministère avec votre famille peut vraiment être incroyable.

Photo par Sarah Medina sur Unsplash