You are currently viewing Apostat à la dérive: François dit que la Fraternité est “l’ancre du Salut pour l’Humanité »

Apostat à la dérive: François dit que la Fraternité est “l’ancre du Salut pour l’Humanité »

Print Friendly, PDF & Email

L’humanité a un nouveau sauveur !

Apostat à la dérive: François dit que la Fraternité est “l’ancre du Salut pour l’Humanité”

Pour marquer le deuxième anniversaire de l’incroyablement important Journée Internationale de la Fraternité Humaine proclamé par les Nations Unies, l’apostat argentin Jorge Bergoglio (« Pape François”) publié un message vidéo le Fév. 4, 2022.

Avant de critiquer le contenu de cette dernière dérive bergoglienne, regardons d’abord le contexte plus large dans lequel elle est apparue: le projet interreligieux de “fraternité humaine” lancé par François et le Grand Imam Ahmed Al-Tayeb.

L’Égyptien Al-Tayeb est le grand imam de l’Université Al-Azhar du Caire et, en plus de Bergoglio, l’autre signataire de la apostat Document sur la Fraternité Humaine pour la Paix dans le Monde et le Vivre Ensemble, que les deux ont officiellement ratifiés à Abu Dhabi, aux États-Unis, le février. 4, 2019.

Comme nous l’avons noté dans des articles précédents, ceci Document contient l’hérésie flagrante que Dieu Tout-Puissant désire qu’il y ait une diversité de religions de la même manière qu’Il désire qu’il y ait une diversité de langues, de races, de couleurs, etc.:

Cependant, la tolérance à l’égard des autres religions du musulman sunnite Al-Tayeb est quelque chose qui a récemment été remis en question:

Faciliter la diffusion et la mise en œuvre de la Document sur la Fraternité Humaine est la tâche autoproclamée du soi-disant “Comité Supérieur de la Fraternité Humaine », un groupe hétéroclite de non-catholiques unis dans la promotion du naturalisme:

Il n’est pas révélé ce qu’est censé être ce “Comité supérieur” supérieur à; mais quoi qu’il en soit, on détesterait voir ce qu’un inférieur un tel comité pourrait ressembler.

Ce groupe coloré de « chefs spirituels“ est également à l’origine de la construction d’un site multireligieux connu sous le nom de ”Maison familiale Abrahamique » à Abu Dhabi, soit dit en passant. Le projet démoniaque devrait se terminer quelque temps cette année. Nouvelles du Vatican j’ai hâte:

Cette « maison de famille » est un site qui comprend une église, une mosquée et une synagogue partager une seule et même fondation. Selon le Nouvelles du Vatican rapport, il est « destiné à être un phare de compréhension et de coexistence pacifique, inspiré par le Document sur la Fraternité humaine.”

Qu’une telle chose soit contraire à la doctrine catholique traditionnelle n’a guère besoin d’être mentionnée: “L’Église, en effet, juge illégal de placer les différentes formes de culte divin sur le même pied que la vraie religion… », enseigne le pape Léon XIII dans son encyclique L’Immortelle (n. 36), et poursuit en expliquant que la reconnaissance des autres religions pourrait être tolérer au mieux pour prévenir un mal plus grand. La ”Maison de famille Abrahamique », cependant, n’est pas quelque chose que François et son Vatican post-catholique tolèrent tacitement — ils sont parmi ses les partisans les plus enthousiastes!

Le projet est appelé de manière trompeuse « Abrahamique » parce que les trois religions – le christianisme, l’islam et le judaïsme – revendiquent Abraham comme leur père religieux et sont donc, prétendument, une grande famille abrahamique. Le fait qu’évidemment un seul de ces trois peut éventuellement être le vrai héritier spirituel d’Abraham – alors que les autres sont nécessairement imposteur – est ignoré, bien sûr.

Le clip suivant est un modèle virtuel de ce à quoi ressemblera le site une fois terminé:

[contenu intégré]

Il est évident que tout dans cette “Maison de famille Abrahamique” “crie” pratiquement egalitarisme religieux (= ces religions sont égales) et par conséquent aussi indifférentisme religieux (= peu importe laquelle de ces religions on embrasse). Ces deux idées monstrueuses sont totalement répugnantes à l’Évangile de Jésus-Christ et à sa Sainte Église catholique.

Nous considérons maintenant une autre source abondante des maux dont l’Église est actuellement affligée: indifférentisme. Cette opinion perverse est répandue de toutes parts par la fraude des méchants qui prétendent que il est possible d’obtenir le salut éternel de l’âme par la profession de toute sorte de religion, tant que la moralité est maintenue. Sûrement, dans une affaire si claire, vous conduirez cette erreur mortelle loin des personnes qui vous sont confiées. Avec l’exhortation de l’apôtre selon laquelle “il n’y a qu’un seul Dieu, une seule foi, un seul baptême” [Ep 4:5] que craignent ceux qui inventent l’idée que le refuge du salut est ouvert aux personnes de toute religion quelle qu’elle soit. Ils devraient considérer le témoignage du Christ Lui-même que “ceux qui ne sont pas avec le Christ sont contre Lui” [Lc 11, 23], et qu’ils se dispersent malheureusement ceux qui ne se rassemblent pas avec Lui. Par conséquent, « sans aucun doute, ils périront pour toujours, à moins qu’ils ne tiennent la foi catholique entière et inviolée” [Credo athanasien]. Qu’ils entendent Jérôme qui, alors que l’Église était déchirée en trois parties par le schisme, nous dit que chaque fois que quelqu’un essayait de le persuader de rejoindre son groupe, il s’exclamait toujours: “Celui qui est pour le Siège de Pierre est pour moi” [Saint Jérôme, Épître 57]. Un schismatique se flatte faussement s’il affirme qu’il a lui aussi été lavé dans les eaux de la régénération. En effet, Augustin répondrait à un tel homme :  » Le sarment a la même forme lorsqu’il a été coupé de la vigne; mais à quoi sert-il la forme, s’il ne vit pas de la racine? » [Saint Augustin, dans le psaume. contre-partie. Donat.]

(Pape Grégoire XVI, Encyclique Mirari Vos, n. 13; en gras et en italique.)

À la base de tout ce projet de “religions abrahamiques” — comme si Abraham pouvait être le véritable père de trois religions différentes – repose le grand mentir que les trois religions croient et adorent le même vrai Dieu. Bien individuel Les musulmans ou les Juifs peuvent, en raison d’une ignorance innocente ou d’une erreur échappant à leur contrôle, adorer le vrai Dieu subjectivement (c’est-à-dire avoir le subjectif intention de diriger leur culte vers le Créateur du monde), néanmoins, objectivement parlant, l’Islam et le judaïsme talmudique rejettent le dogme de la Sainte Trinité et, pour cette seule raison, ne professent pas, et encore moins adorent, le vrai Dieu.

Notez bien: Islam et Judaïsme nier positivement Trinity. Autrement dit, ils ne se contentent pas abstenir de professer le dogme de la Trinité comme vrai (déni négatif), ils professer que le dogme de la Trinité est faux (déni positif). En d’autres termes, ils sont pleinement conscients qu’il existe un tel dogme et ils le rejettent explicitement. Autrement dit, ils professent que le dieu ils le culte est pas Père, Fils et Saint-Esprit. Il ne peut donc pas être le vrai Dieu, car  » celui qui ne connaît pas [la] Trinité ne connaît pas la nature de la Divinité ”, comme le grand exégète Père. Corneille Lapide (1567-1637) observe, ajoutant que “si vous enlevez une personne, vous éliminez complètement la Divinité » (Le Grand Commentaire : Épîtres de Saint Jean, p. 117).

Nous pouvons nous attendre à ce qu’une fois que ce non-sens des “religions abrahamiques” sera fermement ancré dans le cœur et l’esprit des gens, les puissances anticatholiques qui le seront se déplaceront rapidement pour rejeter les différences doctrinales entre ces religions comme rien de plus que des altérations. Ils peuvent dire qu’ils sont légitimes et méritent le “respect” en eux-mêmes, étant le fruit de la “tradition”, mais en fin de compte, nous ne devons pas leur permettre d’occulter l’identité et l’unité essentielles profondes des “religions abrahamiques”.

De cette manière, un autre grand pas aura été fait vers l’Antéchrist: “Et tout esprit qui dissout Jésus n’est pas de Dieu: et c’est l’Antéchrist, dont vous avez entendu qu’il vient, et il est maintenant déjà dans le monde ” (1 Jn 4, 3).

Mais maintenant, examinons enfin le message vidéo de François pour le Deuxième Journée Internationale de la Fraternité Humaine en février dernier. 4. Le Vatican a publié une transcription en anglais:

Le faux pape commence par saluer “avec affection et estime” le grand imam islamique, affirmant que les deux “ont marché ensemble en frères dans la conscience que, tout en respectant nos cultures et traditions individuelles, nous sommes appelés à construire la fraternité comme rempart contre la haine, la violence et l’injustice.” Exactement par qui ils sont appelés à le faire et comment ils le savent, ne dit pas François, mais n’importe quel démon que l’on pourrait choisir sera vraisemblablement aussi bon que n’importe quel autre.

Ne vous y trompez pas: Ceci n’est pas à propos de la construction “d’un rempart contre la haine, la violence et l’injustice. » La religion catholique interdit déjà la haine, l’injustice et la plupart des violences. Il s’agit de détruire les fondements mêmes de l’Évangile et de la religion révélée en général, c’est ce que le 2019 Document sur la Fraternité Humaine fait, comme démontré dans les liens ci-dessus.

Dans son message, François agit comme si le fait que tous les êtres humains sont frères et sœurs par nature, était une grande découverte nouvelle de l’humanité. Ce n’est pas le cas, bien sûr. C’est clairement l’un des plus anciennes vérités connues. Si nous ne partagions pas tous la même nature, nous ne serions pas tous des humains. Il n’y aurait pas humanité si nous n’étions pas tous humains.

De cette humanité partagée, François tire cependant quelques conclusions intéressantes :  » Dans un esprit de fraternité réciproque et partagée, nous devons tous œuvrer à la promotion d’une culture de paix qui encourage le développement durable, la tolérance, l’inclusion, la compréhension mutuelle et la solidarité. »Oh, faut-il vraiment?

Bien sûr, ce ne sont que des mots à la mode libéraux. Prenez la tolérance, par exemple. La simple vérité est que oui, quelque chose devrait pour être toléré, d’autres choses peut être toléré, et encore d’autres choses ne devrait pas être toléré. Ça dépend vraiment. Il en va de même pour “l’inclusion”. Qui ou ce qui est inclus dépend de toutes sortes de choses. Parler d' » inclusion ” en tant que tel comme quelque chose de positif, sans objet et dépourvu de tout contexte, n’a pas beaucoup de sens. Par exemple, les hommes ne devraient pas être inclus dans le sport féminin, et jusqu’à très récemment, tout le monde le savait.

Puis Francis devient plus sérieux:

Nous vivons tous sous le même ciel, indépendamment de l’endroit et de la façon dont nous vivons, de la couleur de notre peau, de la religion, du groupe social, du sexe, de l’âge, de la situation économique ou de notre état de santé. Nous sommes tous différents mais égaux, et cette période de pandémie l’a clairement montré. Permettez-moi de dire encore une fois: nous ne sommes pas sauvés seuls!

(italique)

Alors soudain, l’apostat argentin introduit le concept de salut: « nous ne sommes pas sauvés seuls!” D’où vient tout cela, tout d’un coup? La notion de salut est généralement associée à la religion. À tout le moins, il a des connotations religieuses. Pourquoi François introduit-il maintenant ce terme assez ambigu sans préciser ce qu’il veut dire ? Comment sommes-nous passés de “ développement durable ” à “ nous ne sommes pas sauvés seuls ” en quelques mots ?

François commence alors à utiliser “nous vivons tous sous le même ciel » comme un mantra qu’il ne cesse de répéter:

Nous vivons tous sous le même ciel et, au nom de Dieu, nous qui sommes ses créatures devons reconnaître que nous sommes frères et sœurs. En tant que croyants de différentes traditions religieuses, nous avons un rôle à jouer. Quel est ce rôle ? Pour aider nos frères et sœurs à lever les yeux et à prier vers le ciel. Levons les yeux vers le ciel, car celui qui vénère Dieu d’un cœur sincère aime aussi son prochain. La fraternité nous ouvre au Père de tous et nous permet de voir les autres comme nos frères, de partager la vie, de nous soutenir les uns les autres, d’aimer et de connaître les autres.

C’est juste un non-sens, mais c’est un non-sens très dangereux.

Non, le travail des incroyants n’est pas d’aider les catholiques à prier, ni de faire des choses qui confirmeront les incroyants dans leurs erreurs. Adeptes de fausses religions, en tant que tel, n’ont qu’un rôle à jouer: se convertir au catholicisme romain, car “ la seule vraie religion est celle établie par Jésus-Christ Lui-même, et qu’Il s’est engagé auprès de Son Église à protéger et à propager ” (Pape Léon XIII, Encyclique L’Immortelle, n. 7).

Il est peut-être vrai que “ celui qui adore Dieu d’un cœur sincère aime aussi son prochain ”, mais lever les yeux au ciel n’est pas la même chose que d’adorer le vrai Dieu “ en esprit et en vérité ” (Jn 4, 23-24).

L’affirmation de François selon laquelle « [la]raternité nous ouvre au Père de tous” pourrait être vraie ou fausse, selon ce qu’il entend par là, ce qu’il ne dit bien sûr pas. Autant dire qu’être ouvert au Père de tous, c’est condition pour la fraternité, plutôt que son effet, tout comme on pourrait dire que la fraternité ne permettre nous  » de voir les autres comme nos frères ou sœurs « , etc., mais supposer il. Eh bien, tout cela n’est qu’un gros fouillis de mots destinés à impressionner mais qui ne signifient finalement que très peu!

Le charabia bergoglien continue:

Nous vivons tous sous le même ciel. C’est maintenant le moment opportun pour voyager ensemble, croyants et toutes les personnes de bonne volonté. Ne le laissez pas à demain ou à un avenir incertain. Le moment est venu de voyager ensemble : les croyants et toutes les personnes de bonne volonté, ensemble. C’est un bon jour pour tendre la main, pour célébrer notre unité dans la diversité – unité, pas uniformité, unité dans la diversité – afin de dire aux communautés et aux sociétés dans lesquelles nous vivons que le temps de la fraternité est arrivé. Tous ensemble, car il est essentiel de vivre en solidarité les uns avec les autres. Pour cette raison, je le répète, ce n’est pas le moment de l’indifférence: soit nous sommes frères et sœurs, soit tout s’effondre. Cela ne doit pas être mélodramatique, c’est la vérité! Soit nous sommes frères et sœurs, soit tout s’effondre. Nous le voyons dans les petites guerres, dans cette troisième guerre mondiale qui se déroule maintenant au coup par coup, alors que les peuples sont détruits, que les enfants ont faim, que leurs possibilités d’éducation diminuent It C’est la destruction. Soit nous sommes frères et sœurs, soit tout s’effondre.

Ah oui, le « voyage » sur lequel nous devons toujours être. Il n’y a qu’un seul voyage que tous les hommes sont appelés sans discernement à entreprendre, et c’est le voyage vers notre patrie céleste (cf. He 13, 14). Cela n’est cependant pas possible sans la Foi, l’espérance et la charité, permises par la grâce et la révélation divine surnaturelle.

Par définition, seuls les catholiques sont des « croyants », d’ailleurs, et tout le monde est un incroyant, soit un hérétique, un apostat, soit un infidèle. Un schismatique pourrait peut-être aussi être considéré comme croyant car, à moins que l’hérésie ne soit jointe à son schisme, il ne refuse pas de croire, il refuse simplement d’être soumis au Pape ou d’être en communion avec les membres de l’Église. Le crime du schismatique est un crime contre la charité, pas contre la Foi.

En tout cas, l’expression “Soit nous sommes frères et sœurs, soit tout s’effondre” n’est qu’un autre mantra que Bergoglio tente d’introduire. C’est l’un de ses célèbres ipse dixits, c’est-à-dire une déclaration qui est affirmée et traitée comme indubitablement vraie mais qui n’est jamais réellement justifiée ou défendue. Il s’agit simplement d’une revendication bouleversée, et bien sûr elle aussi abonde en imprécision et en ambiguïté. Si quelque chose, il a probablement destiné  » Soit nous reconnaître que nous sommes frères et sœurs et agir en conséquence, ou tout s’effondre ”, car simplement être frères et sœurs est juste un fait naturel qui a son origine en Dieu créant un seul ensemble de parents, Adam et Eve — et même Eve est venue d’Adam (voir Gn 2:7,21-24 ; cf. Pape Pie XII, Encyclique Humani Generis, n. 37).

Alors, quoi pourrait ce mantra signifie? Il signifie probablement que la seule façon d’empêcher ce monde de se désintégrer dans le chaos total est de pratiquer cette « fraternité humaine » qu’il prêche, totalement dépourvue de Christ, décrite dans le 2019 Document sur la Fraternité Humaine. Et cela, mesdames et messieurs, c’est l’anti-Évangile, car il est construit sur le erreur de Naturalisme, qui prétend que l’humanité peut surmonter le péché et ses conséquences et atteindre un bonheur vrai et durable sans l’aide surnaturelle de Jésus-Christ.

Ensuite, François détourne l’appel sacré d’Abram dans le livre de la Genèse pour promouvoir son apostasie de la fraternité naturaliste:

Ce n’est pas le moment de l’oubli. Chaque jour, nous devons nous souvenir de ce que Dieu a dit à Abram : qu’en levant les yeux au ciel, il verrait la promesse de ses descendants, c’est-à-dire de nous-mêmes (cf. Rencontre Interreligieuse dans la Plaine d’Ur, 6 mars 2021). Une promesse s’est aussi accomplie dans nos vies : celle d’une fraternité aussi vaste et lumineuse que les étoiles du ciel !

François est très doué pour détourner le texte d’inspiration divine à ses propres fins néfastes. Il affirme ici que l’accomplissement de l’appel d’Abraham est la “famille abrahamique” des Chrétiens, des Musulmans et des Juifs apostats, mais ce n’est pas vrai du tout. Dans notre billet sur la visite de François en 2021 à Ur, en Irak, le lieu de naissance d’Abraham, nous avons déjà réfuté cette ligne d’argumentation:

Vers la fin de son message intolérable, François déclare: “Le chemin de la fraternité est long et difficile, c’est un chemin difficile, mais c’est l’ancre du salut pour l’humanité” (impression en gras ajoutée).

L’ancre du salut pour l’humanité ! Quelle chose blasphématoire à dire!

Bien sûr, le véritable et ultime point d’ancrage du salut pour l’humanité est notre Bienheureux Seigneur et Sauveur Jésus-Christ: “Il n’y a pas non plus de salut en aucun autre. Car il n’y a pas d’autre nom sous le ciel donné aux hommes, par lequel nous devons être sauvés ” (Actes 4:12). Dans un sens subordonné et dépendant, on pourrait également identifier la Bienheureuse Vierge Marie comme l’ancre du salut, car aucune grâce ne nous est donnée sauf par l’intercession de la sainte Mère de Dieu, sur laquelle Décret dépendait la Rédemption du monde (voir Lc 1, 38).

De même, il y a un autre ancrage authentique du salut qui ne doit pas être négligé. Elle aussi est entièrement dépendante et subordonnée à notre Seigneur Jésus-Christ, qui, dans Sa grande miséricorde et Sa sollicitude, l’a donnée à l’humanité comme citadelle et rempart de Sa Vérité. Nous parlons, bien sûr, de la Chaire de Saint Pierre, du Pontificat Suprême, de la Papauté!

Le pape Léon XIII a écrit son encyclique inaugurale sur le thème des maux de la société et a souligné:

Encore une fois, si nous considérons les réalisations du siège de Rome, quoi de plus méchant que de nier combien et dans quelle mesure les évêques romains ont servi la société civilisée dans son ensemble? Pour Nos prédécesseurs, pour assurer le bien des peuples, ont rencontré des luttes de toutes sortes, ont enduré les plus lourds labeurs et n’ont jamais hésité à s’exposer aux épreuves les plus dangereuses. Les yeux fixés sur le ciel, ils ne baissèrent pas la tête devant les menaces des méchants, et ne se laissèrent pas conduire par la flatterie ou les pots-de-vin à une obéissance indigne. Cette chaire apostolique était celle qui rassemblait et tenait ensemble les restes en ruine de l’ancien ordre des choses; telle était la lumière bienveillante par l’aide de laquelle la culture des temps chrétiens brillait au loin; c’était une ancre ou une sécurité dans les tempêtes féroces par lesquelles la race humaine a été convulsée; c’était le lien sacré d’union qui reliait des nations lointaines en région et de caractère différent; en bref, c’était un centre commun à partir duquel on cherchait une instruction dans la foi et la religion, pas moins que des conseils et des conseils pour le maintien de la paix et les fonctions de la vie pratique. En vérité, c’est la gloire des Pontifes suprêmes qu’ils se sont fermement établis comme un mur et un rempart pour sauver la société humaine de retomber dans son ancienne superstition et barbarie.

(Pape Léon XIII, Encyclique Inscrutabili Dei Consilio, n. 7; soulignement ajouté.)

Maintenant que est un point d’ancrage salvifique pour l’humanité !

De plus, des concepts tels que les suivants peuvent également légitimement être considérés comme un “point d’ancrage du salut”: la prière, la grâce, la contrition, les œuvres de miséricorde, les vertus théologiques de la Foi, de l’espérance et de la charité. Bien compris, ceux-ci fournissent également un fondement salvifique dans la dépendance et la subordination à Jésus-Christ Rédempteur. La “ fraternité humaine  » interreligieuse de François est pas un tel ancrage salvifique, cependant, car la nature humaine ne peut se sauver elle-même; elle ne peut vaincre ses péchés et ses inclinations au péché.

Il y a longtemps, saint Maxime le Confesseur écrivait que « la paternité du Christ est plus grande que celle du sang, car la fraternité du sang ne touche que la ressemblance du corps; la fraternité du Christ, cependant, véhicule l’unanimité du cœur et de l’esprit, comme il est écrit: L’un était le cœur et l’autre l’esprit de la multitude des croyants” (cité dans le pape Léon XIII, Encyclique Réputantibus, n. 5).

François parle tellement de l’humanité partagée de l’humanité, mais devant les incroyants, il est entièrement silencieux sur le surnaturel fraternité Dieu a créé chaque être humain pour atteindre, à savoir la fraternité en Christ. C’est ainsi que François valorise une vie terrestre sans conflit qui conduit à la damnation éternelle sur le chemin de Croix royal qui, par la coopération avec la grâce divine, conduit à la Béatitude Éternelle dans le Ciel. C’est un démon !

Ce que prêche aujourd’hui François, c’est essentiellement la même fausse notion de fraternité qui était autrefois avancée par le mouvement silloniste français, à savoir une  » notion de Fraternité qu’ils ont trouvée sur l’amour de l’intérêt commun ou, au-delà de toutes les philosophies et religions, sur la simple notion d’humanité, embrassant ainsi avec un amour et une tolérance égaux tous les êtres humains et leurs misères, qu’elles soient intellectuelles, morales” physiques et temporelles  » (Pape Pie X, Lettre Apostolique Notre Charge Apostolique).

Le pape saint Pie X a condamné le Sillon en 1910 et a expliqué que, s’il est certainement vrai que tous les humains partagent la même humanité et sont vraiment, en fin de compte, des frères et sœurs biologiques, les catholiques ne peuvent pas simplement laisser leurs semblables dans l’obscurité de leurs erreurs:

Mais la doctrine catholique nous dit que le devoir premier de la charité ne réside pas dans la tolérance des fausses idées, aussi sincères soient-elles, ni dans l’indifférence théorique ou pratique à l’égard des erreurs et des vices dans lesquels nous voyons nos frères plongés, mais dans le zèle pour leur amélioration intellectuelle et morale ainsi que pour leur bien-être matériel. La doctrine catholique nous dit en outre que l’amour pour notre prochain découle de notre amour pour Dieu, Qui est le Père de tous, et le but de toute la famille humaine; et en Jésus-Christ dont nous sommes les membres, au point qu’en faisant du bien aux autres, nous faisons du bien à Jésus-Christ Lui-même. Tout autre type d’amour est une pure illusion, stérile et fugace.

En effet, nous avons l’expérience humaine des sociétés païennes et laïques des âges passés pour montrer que le souci des intérêts communs ou des affinités de la nature ne pèse que très peu contre les passions et les désirs sauvages du cœur. Non, Vénérables Frères, il n’y a pas de fraternité authentique en dehors de la charité chrétienne. Par l’amour de Dieu et de Son Fils Jésus-Christ Notre Sauveur, Charité chrétienne embrasse tous les hommes, réconforte tous, et conduit tous à la même foi et au même bonheur céleste.

En séparant la fraternité de la charité chrétienne ainsi comprise, la démocratie, loin d’être un progrès, signifierait un recul désastreux pour la civilisation. Si, comme Nous le désirons de tout Notre cœur, le plus haut sommet possible du bien-être de la société et de ses membres doit être atteint par la fraternité ou, comme on l’appelle aussi, la solidarité universelle, tous les esprits doivent être unis dans la connaissance de la Vérité, toutes les volontés unies dans la morale, et tous les cœurs dans l’amour de Dieu et de Son Fils Jésus-Christ. Mais cette union n’est réalisable que par la charité catholique, et c’est pourquoi la charité catholique seule peut conduire le peuple dans la marche du progrès vers la civilisation idéale.

(Pape Pie X, Lettre Apostolique Notre Charge Apostolique; soulignement ajouté.)

De toute évidence, saint Pie X n’avait aucune tolérance pour la fraternité à la Bergoglio! Comme le pape Pie serait outré d’entendre quelqu’un appeler cette fraternité naturaliste “ancre du salut pour l’humanité”!

Remarquez comment, comme avec le pape Léon ci-dessus, ici aussi la principale préoccupation de Saint Pie est surnaturel. Sans nier l’importance des besoins temporels de l’humanité, vrai Les papes les subordonnent à la plus grande préoccupation du salut éternel. « Car à quoi profite un homme, s’il gagne le monde entier et subit la perte de sa propre âme? » (Mt 16, 26).

Le message “pontifical” de François a d’ailleurs été présenté lors d’une table ronde de 3 heures de la “Global Tolerance Alliance” le février. 4. Voici à quoi cela ressemblait:

[contenu intégré]

Dans le cadre de la Journée Internationale de la Fraternité Humaine, le Vatican apostat a également souligné avec enthousiasme d’autres contributions au projet de “fraternité humaine”, telles que les suivantes:

Effectivement, Nouvelles du Vatican même téléchargé le message du grand imam musulman refusant la Trinité pour la Journée de la Fraternité humaine:

[contenu intégré]

Journée de La Fraternité Humaine a été promu dans des vidéos séparées par le Vatican et par ce « Comité supérieur ». Il n’est vraiment pas facile de décider lequel de ces clips est le pire:

[contenu intégré]

[contenu intégré]

Dans ce post, nous avons vu que François prêche le salut par la fraternité humaine. Selon son évangile de l’homme, l’humanité se sauve elle-même : Elle ne le fait pas besoin un Sauveur, il être le Sauveur ! L’homme doit se sauver par ses propres efforts — la grâce n’a rien à voir avec cela; au mieux, il existe une sorte de “regard vers le ciel” collectif auquel toutes les religions participent, utilisant le principe du plus petit dénominateur commun. C’est de l’apostasie ! Cela ne nous rappelle-t-il pas l’avertissement donné par le pape Saint Pie X dans sa première lettre encyclique?

Lorsque tout cela est considéré, il y a de bonnes raisons de craindre que cette grande perversité ne soit en quelque sorte un avant-goût, et peut-être le début de ces maux qui sont réservés aux derniers jours; et qu’il y ait déjà dans le monde le “Fils de la Perdition” dont parle l’Apôtre (II. Thess. ii., 3). Telle est, en vérité, l’audace et la colère employées partout dans la persécution de la religion, dans la lutte contre les dogmes de la foi, dans l’effort éhonté de déraciner et de détruire toutes les relations entre l’homme et la Divinité ! Tandis que, d’autre part, et cela selon le même apôtre est la marque distinctive de l’Antéchrist, l’homme s’est mis avec une témérité infinie à la place de Dieu, s’élevant au-dessus de tout ce qui s’appelle Dieu; de telle manière que, bien qu’il ne puisse pas totalement éteindre en lui-même toute connaissance de Dieu, il a méprisé la majesté de Dieu et, pour ainsi dire, fait de l’univers un temple où il doit lui-même être adoré. « Il est assis dans le temple de Dieu, se montrant comme s’il était Dieu » (II. Thess. ii., 2).

(Pape Pie X, Encyclique E Supremi, n. 5; soulignement ajouté.)

La fausse fraternité prêchée par François a un but purement terrestre: la coexistence pacifique pour les membres de toutes les religions à travers la liberté, l’égalité, la fraternité. En revanche, la véritable fraternité chrétienne que prêche la véritable Église catholique a un caractère terrestre mais, plus important encore, aussi un surnaturel objectif: que tous les hommes soient pacifiquement unis non seulement dans leur humanité, mais dans la vraie religion, en se soumettant au doux joug du Christ (cf. Mt 11, 30) et Son Église“ « la colonne et le fondement de la vérité » (1 Tim 3, 15), afin que par la Foi surnaturelle, l’espérance et la charité, aidés par la grâce de Dieu, ils marchent vers une éternité bénie dans la Vision béatifique.

Il est donc évident que Bergoglio prêche l’humanité sur le Christ, la nature sur la grâce, et la « Arche de Fraternité” sur l’Arche du Salut. Il n’est pas différent de ces “docteurs menteurs” dénoncés par le premier Pape, Saint Pierre: “Mais il y avait aussi de faux prophètes parmi le peuple, comme il y aura parmi vous des docteurs menteurs, qui apporteront des sectes de perdition, et renieront le Seigneur qui les a achetées: apportant sur eux une destruction rapide ” (2 Pierre 2, 1).

Ne vous attachez donc pas au faux prophète François, de peur de périr avec lui.

Source de l’image: composite avec des éléments de catholicnews.org.uk (Mazur; modifié) et shutterstock.com (Amanda Carden)
Licence: CC PAR-NC-SA 2.0 et payé

Partagez ce contenu maintenant: