You are currently viewing Sœur religieuse américaine enlevée, ancienne dirigeante de sa congrégation dont le cœur s’est tourné vers le travail missionnaire

Sœur religieuse américaine enlevée, ancienne dirigeante de sa congrégation dont le cœur s’est tourné vers le travail missionnaire

Sœur Suellen Tennyson, membre de la Congrégation des Marianites de Sainte-Croix, enlevée au Burkina Faso le 4 avril 2022. / Diocèse de Kaya.

Salle de presse de Denver, 6 avril 2022 / 16:01 (CNA).

La religieuse américaine enlevée en Afrique de l’Ouest cette semaine est une ancienne dirigeante internationale de sa congrégation, qui a été déplacée pour créer un avant-poste missionnaire au Burkina Faso après une visite dans le pays en 2011.

Sœur Suellen Tennyson, originaire de la Nouvelle-Orléans, avait servi dans un avant-poste missionnaire dans le nord du Burkina Faso depuis 2014. Elle aurait été enlevée par des hommes armés non identifiés le 5 avril dans la petite maison qu’elle partageait avec deux autres membres de sa congrégation, les Marianites de Sainte-Croix.

Tennyson, 83 ans, était la seule des sœurs kidnappées lors de l’invasion de la maison par les assaillants, a déclaré Sœur Ann Lacour, l’actuelle chef de la congrégation marianite. Lacour a déclaré qu’elle pensait que les hommes armés cherchaient peut-être de l’argent et des médicaments.

Lacour raconté au Clarion Herald qu’elle et d’autres Marianites “prient d’abord et avant tout pour la sécurité de Sœur Suellen et pour sa libération de ses captifs.”

« Prions aussi pour toutes les personnes touchées par les actions de ce groupe, en particulier nos sœurs qui ont été témoins du vandalisme et de l’enlèvement”, a déclaré Lacour. “Nous sommes en contact avec les dirigeants gouvernementaux qui se sont engagés à nous tenir informés à mesure qu’ils en apprennent davantage.”

Les Marianites de Sainte-Croix, fondées en 1838 par le Bienheureux Père Basile Moreau, comptent environ 140 membres dans le monde, dont environ 40 sont basés à la Nouvelle-Orléans et dans les environs. Sœur Tennyson était la dirigeante internationale de l’ordre jusqu’à sa démission en 2012.

Sœur Tennyson a raconté au Clarion Herald qu’après avoir visité le Burkina Faso en tant que responsable de la congrégation, l’évêque Thomas Kaboré de Kaya a demandé à quatre Marianites de venir dans son diocèse pour aider à fonder une paroisse et à construire un centre médical. Sœur Tennyson a rejoint les autres sœurs à l’avant-poste missionnaire après avoir démissionné de son poste de chef de la congrégation.

” Tu viendras ici, et Dieu s’occupera du reste », se souvient Tennyson en lui disant à l’évêque.

“J’ai presque eu l’impression que le père Moreau [le fondateur des Marianites] nous parlait.”

Elle a déclaré au journal en 2016 qu’elle souhaitait rester au Burkina Faso aussi longtemps que sa santé et sa communauté religieuse le lui permettraient, affirmant qu’elle ne s’était “jamais sentie aussi vivante dans ma vocation.” La petite église paroissiale est vibrante, et selon un rapport, la clinique est si vitale pour la région que les gens marchent 50 miles pour y être soignés.

L’archevêque Gregory Aymond de la Nouvelle-Orléans a également appelé à prier pour sœur Tennyson.

« Pendant de nombreuses années, Sœur Suellen a exercé son ministère auprès du peuple de l’archidiocèse de la Nouvelle-Orléans avec une grande joie. Aujourd’hui, nous exprimons notre tristesse et notre choc face à son enlèvement et offrons nos prières pour son retour en toute sécurité », a déclaré Aymond dans un communiqué déclaration, ajoutant que l’archidiocèse fournirait des mises à jour dès qu’elles seraient disponibles.

« Veuillez vous joindre à moi pour prier pour Sœur Suellen, les Sœurs marianites de la Sainte Croix, et tous ceux qui la connaissent et l’aiment pendant cette période difficile.”

L’AIIC n’a pas été en mesure de joindre sœur Lacour pour obtenir des renseignements supplémentaires avant l’heure de presse.

Le Burkina Faso, un pays de 21 millions d’habitants en Afrique de l’Ouest, a été un foyer de terrorisme islamique et de violence ces dernières années, en particulier depuis 2016.

Environ 61% des résidents du Burkina Faso s’identifient comme musulmans et 23% s’identifient comme chrétiens. Plusieurs grands groupes terroristes islamiques, affiliés à Al-Qaïda et à l’Etat islamique, sont actifs dans le pays. L’insécurité au Burkina Faso avait déplacé 1,7 million de personnes et entraîné une augmentation significative des besoins humanitaires et de l’insécurité alimentaire, rapporte le CIA World Factbook.

Les rapports d’attaques contre des chrétiens par des hommes armés sont nombreux. À la mi-mai 2019, un groupe d’hommes armés a incendié une église catholique pendant la messe dominicale et tué au moins six personnes, dont un prêtre. Quatre autres catholiques ont été abattus le lendemain. Un prêtre catholique au Burkina Faso qui disparu en janvier 2021, il a ensuite été retrouvé mort dans une forêt.

Un coup d’État militaire a eu lieu dans le pays en janvier 2022, et le nouveau président a souligné l’importance de rétablir la sécurité. Mais en février, à Saint Kisito de Bougui, un petit séminaire, des assaillants ont incendié deux dortoirs, une salle de classe et un véhicule, et détruit un crucifix.

Le département d’État américain a déclaré à CBS News qu’il était “au courant des informations faisant état de la disparition d’un citoyen américain au Burkina Faso”, ajoutant qu’il s’efforçait de confirmer les informations et surveillait la situation.


Si vous appréciez les nouvelles et les points de vue que Catholic World Report fournit, veuillez envisager de faire un don pour soutenir nos efforts. Votre contribution nous aidera à continuer de mettre CWR à la disposition de tous les lecteurs du monde entier gratuitement, sans abonnement. Merci de votre générosité!

Cliquez ici pour plus d’informations sur les dons à CWR. Cliquez ici pour vous inscrire à notre newsletter.